Notre article "Melodifestivalen 2014 : Finale (Melodifestivalen)
Eurovision Ohlala! Agenda Clubbing MAP GAY PARIS resto bars shopping club cruising sex Agenda Concert Nouveautés musicales Album Single Associations gay LGBTQIA+ Eurovision

Melodifestivalen 2014 : Finale

  • by
Melodifestivalen 2014 : Finale
Bien ficelé, le récapitulatif des 5 soirées précédentes ouvre la grande finale du Melodifestivalen 2014. Les images s'enchaînent à un rythme effréné sur une musique digne d'un film d'action.



Intro : Charlotte Perrelli et présentation des artistes


Le show commence vraiment à l'arrivée de Charlotte Perrelli. Gagnante de l'Eurovision 1999 et du Melodifestivalen 2008, la chanteuse incarne ce soir la petite sirène de Copenhague. Assise sur son rocher, elle est rejointe par des couples de valseurs. Le dieu des mers, Poséidon, rode autour d’elle avec son trident. La star interprète Charlotte Sjöjungfrun, une ballade danoise qui se transforme en valse. Avec ce tableau hommage à la ville de Hans Christian Andersen, l'émission suédoise redevient la schlagerfest que nous aimons. Oh yeah comme diraient les Twin Twin !

Charlotte Perrelli

Charlotte Perrelli
Charlotte Perrelli

Charlotte Perrelli
Charlotte Perrelli


La voix off présente ensuite les dix finalistes sur une version boostée du "Natteravn" de Rasmus Seebach. Chaque artiste est à différents emplacements de la Friends Arena. Certains sont sur le catwalk, d'autres sur la scène centrale ; ils saluent le public chacun leur tour.

Helena Paparizou


La schlagerfest voit le retour de Charlotte Perrelli. La diva suédoise est à nouveaux entourée de ses danseurs, la troupe porte des tenues dorées. Ce tableau mythologique nous rappelle la dernière tournée de Kylie Minogue. La reprise d’un vieux morceau de Danny Kaye, Wonderful Copenhagen, sera jugé par certains de kitchissime, soit... mais avec ses sonorités dance et la voix de Charlotte bien en avant, c’est un très gros coup de cœur en ce qui nous concerne.

Charlotte Perrelli

Charlotte Perrelli
Charlotte Perrelli

Charlotte Perrelli
Charlotte Perrelli



1. Anton Ewald - Natural


(John Lundvik)

La compétition commence avec Anton qui entre sur du métal. Son auteur est venu le soutenir comme lors de sa qualification. Ce soir, les suédois ont changé la manière de présenter les artistes. Après son passage sur l'allée centrale, nous voyons de nouvelles photos de l'artiste prises en studio et quelques autres résumant sa qualification. Peu le voient remporter le trophée mais sa chanson est suffisamment mainstream pour plaire à un jeune public.

Anton Ewald - Natural

Anton Ewald - Natural
Anton Ewald - Natural

Anton Ewald - Natural
Anton Ewald - Natural


2. Ellen Benediktson - Songbird


(Sharon Vaughn, Johan Fransson, Tim Larsson, Tobias Lundgren)

Ellen entre sur "Like a stranger", de Kitten, un morceau récent mais qui sonne très 80s. Sa ballade est certes classique, mais très bien interprétée ; il s'en dégage quelque chose surtout lorsque les téléphones portables illuminent joliment la salle. C’est une prestation sans fausse note pour la jeune femme qui était encore amateur avant cette émission.

Ellen Benediktson - Songbird

Ellen Benediktson - Songbird
Ellen Benediktson - Songbird


3. Alcazar - Blame it on the disco


(Fredrik Kempe, David Kreuger, Hamed "K-One” Pirouzpanah)

Alcazar s'avance ensuite sur le catwalk sous les applaudissements d’un public enjoué. Le groupe court vite rejoindre sa boule disco géante. Quelques secondes suffisent pour y prendre position, leur prestation ayant été parfaitement travaillée. L'ambiance disco gagne Stockholm. Pourtant sans grande originalité, ce morceau permet au public fan de schlager de passer un très bon moment. Certains se mettent à danser, c’est la fête dans la Friends Arena.

Alcazar - Blame it on the disco
Alcazar - Blame it on the disco

Alcazar - Blame it on the disco

Alcazar - Blame it on the disco
Alcazar - Blame it on the disco

Alcazar - Blame it on the disco



4. Oscar Zia - Yes we can


(Fredrik Kempe, David Kreuger, Hamed "K-One” Pirouzpanah)

Autre prestation travaillée celle d'Oscar Zia. Le jeune chanteur se positionne derrière son écran suspendu comme le font également ses quatre danseurs alignés à ses côtés. L’originalité n’est pas de mise mais les nostalgiques des boysband apprécient vraiment. La chorégraphie de ces cinq boys est appréciable.

Oscar Zia - Yes we can



5. Linus Svenning – Bröder


(Fredrik Kempe)

Linus arrive ensuite suite à sa seconde chance décrochée la semaine dernière. Quelques petites filles s'approchent du catwalk pour lui toucher la main. Avec sa chanson hommage à son frère disparu, le jeune homme tatoué semble avoir touché le public suédois et quelques rares français croisés en press room.

Linus Svenning – Bröder
Linus Svenning – Bröder

Linus Svenning – Bröder


Vos réactions / commentaires

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser