Notre article "Melodifestivalen 2021 : 2ème demi-finale"

Melodifestivalen 2021 : 2ème demi-finale

  • by
Melodifestivalen 2021 : 2ème demi-finale
Danny Saucedo et Arvingarna ont obtenu les premières places de finalistes la semaine dernière. Nous les retrouverons le 13 mars en finale des sélections suédoises pour le concours Eurovision, avec peut-être aussi Paul Rey et Lillasyster qui se sont vu offrir une seconde chance pour la soirée du 6 mars prochain.

En ce 13 février 2021, nous retrouvons en compétition sept nouveaux artistes : Anton Ewald, Julia Alfrida, WAHL feat. SAMI, Frida Green, Eva Rydberg & Ewa Roos, Patrik Jean et Dotter.



Introduction


L’émission se déroule à l’Annexet de Stockholm, où les suédois sélectionnent pendant six semaines leur représentant pour le concours Eurovision 2021.

Christer Björkman est ce soir accompagné de deux jeunes chanteurs, Anis Don Demina (27) et Oscar Zia (24), qui font leurs premiers pas de présentateurs au Melodifestivalen.

Anis Don Demina a participé au Mello 2019 (en duo avec Zeana), en 2020 (solo) et en 2018 avec Samir & Viktor.
Oscar Zia, lui, a concouru aux Mello 2013, 2014 et 2016. On se souvient avant tout de "Human", pour celui qui a fait son coming out en tant que gay en 2016.

C’est d’ailleurs Oscar Zia qui apparaît en premier ce soir. Le jeune homme est très sexy dans son marcel noir et pantalon vert. Avec sa belle voix, il interprète un morceau qui est une ballade au début, mais cela est très bref car Anis Don Demina prend le relai et apporte une toute autre ambiance sur ce Stad i ljus. Sur les parties communes, ils sont accompagnés des quatre danseurs de cette édition du Melodifestivalen 2021 : Keisha, Amir, Kenny et Lovisa.

Autre partie solo ensuite, en ballade toujours, pour Oscar, à la confiance qui fait plaisir à voir, avant le retour des sons cuivrés pour le final par Anis. Ce morceau joue de l’alternance comme très rarement entre la ballade et la pop urbaine festive. Ce nouveau single d’Anis Don Demina, avec Oscar Zia en featuring, est une très belle intro pour cette soirée, comme les suédois savent le faire au Mello !

Le très sexy Oscar Zia et Anis Don Demina


Dès cette entrée, les applaudissements enregistrés contribuent à rendre l’émission live, malgré l’absence de public en raison de la pandémie de Covid 19, touchant la Suède également.

Alors qu’ils prennent la parole en tant que présentateurs, les regards prêtent une attention à leur look. Oscar a enfilé une veste verte, tandis qu’Anis est dans une large veste noire en fausse fourrure, sous un chapeau rouge et plat.

Christer Björkman apparaît pour annoncer le déroulé de l’émission et les modalités de vote. Il sera ensuite plus en recul dans la présentation, et va se contenter d’annoncer le nom des chansons et de leurs auteurs-compositeurs, sans que ceux-ci n’apparaissent à l’image, contrairement à la semaine dernière.

Christer Björkman, Oscar Zia et Anis Don Demina


Les séquences de présentation des artistes ne se déroulent pas dans un musée, contrairement à la semaine dernière, mais dans un appartement décoré avec des ballons colorés. Pour la première vidéo, très Youtube, Anis et Oscar reçoivent Anton Ewald qui leur apprend la chorégraphie très jacksonienne de la « main au panier ».

1. Anton Ewald - New religion


Jonas Wallin, Joe Killington, Anton Ewald, Maja Strömstedt

Anton Ewald - New religion


Anton Ewald fait son grand au Melodifestivalen, 7 ans après "Natural" et surtout après l’excellent "Begging" en 2013. Il fait aussi son retour en Suède, après 3 années passées aux States à faire le modèle et le chorégraphe. Il revient aussi à la chanson 4 ans après son dernier single.

Le Mello, Anton le connait bien puisqu’il y a aussi été danseur en 2009 pour Velvet et en 2012 pour Danny Saucedo et Andreas Lundstedt.

Anton Ewald (27) dans son blouson noir agrémentés de dorures est bondissant sur scène. Ses deux danseurs arrivent par la suite et ensemble ils sautillent sous les lasers au cours de cette chorégraphique énergique, aussi puissante que celle de "Begging".

Sa mise en lumières est très graphique, alternant lasers et graphismes. C’est ce que nous retenons le plus (… et pas assez par les refrains de ce New religion !) et une place pour la finale est envisageable grâce à sa prestation rythmée et très télégénique.

Sa prestation nous rappelle la bonne époque du Mello avec les prestations démentes et très chorégraphiées de lui-même mais aussi d’Eric Saade, Danny Saucedo…

Anis Don Demina et Oscar Zia sont dans leur camionnette pour la séquence suivante intitulée : Star Tour Mello Edition. Ils chantent, se marrent et croisent la chanteuse de "C’est la vie" (2004) Madame Siw Malmkvist.

2. Julia Alfrida - Rich


Julia Alfrida, Jimmy Jansson, Melanie Wehbe

Julia Alfrida - Rich


Julia a remporté le concours radio P4 Nästa et se voit donc offrir une place au Melodifestivalen.

Devant un visuel rouge où apparaissent de nombreux visages de tous âges, et dans sa combinaison verte, Julia Afrida, blonde aux cheveux effet mouillé, et percée au nez, nous surprend en dansant sur ce titre bien produit, actuel, qui devrait passer sur les radios jeunes en Suède.

Un cœur se dessine à plusieurs reprises car elle est là la vraie richesse, la richesse intérieure et non celle du compte en banque.

Melanie Wehbe avec qui elle a composé ce titre est sa choriste en backstage ce soir.

3. WAHL feat. SAMI - 90-talet


Sami Rekik, Christopher Wahlberg, Josefin Glenmark, Jesper Welander, Andreas Larsson

WAHL feat. SAMI - 90-talet


Christopher ‘WAHL’ Vahlberg vient d’un duo hip-hop (SödraSidan) et Sami ‘SAMI’ Rekik vient d’un autre duo hip-hop (Medina). On peut donc s’attendre à du hip-hop ce soir, un hip-hop festif plutôt.

Leur chanson parle des années 90 et, en tant que grands fans de cette décennie, nous en attendons quelque chose de sympathique.

Ce 90-talet est la millième entrée (chanson en compétition) de toute l’histoire du Melodifestivalen.

Dès l’intro, nous trouvons les sonorités plutôt 80s étrangement ; les sons synthétiques qui revivent actuellement avec les derniers titres de The Weeknd et David Guetta par exemples. Cela peut faire boybands aussi, ce qui est plus des années 90.

Wahl et Sami portent des joggings colorés comme l’est leur mise en scène. Il y a une belle énergie aussi avec la troupe autour d’eux. Leur morceau est rappé, cool mais n’est pas très rapide.

L’un d’eux saute sur son skateboard qui apparait en vidéo sous ses pieds.

Les paroles évoquent les 90s en suédois (Prince de Bel Air…), et tous les souvenirs qu’on a gardé précieusement pour faire vivre notre nostalgie.

Avec ces deux barbus en plus, cette seconde soirée est décidément très mecs ! Les gays qui regardent le Mello sont comblés, d’autant plus qu’il y en a pour tous les goûts.

4. Frida Green - The silence


Anna Bergendahl, Bobby Ljunggren, David Lindgren Zacharias, Joy Deb

Frida Green - The silence


Après Sweden’s Got Talent en 2018 et Swedish Idol 2020, Frida Green arrive en toute logique au Melodifestivalen 2021.

La chanteuse vient avec une composition d’Anna Bergendahl, Bobby Ljunggren, David Lindgren Zacharias et Joy Deb. Sur le papier, on s’attend à quelque chose d’écrit pour Anna Bergendahl dans un registre pop-country.

Cette jeune femme rousse se présente aux téléspectateurs dans une robe ample, verte aux manches brodées, avec des transparences aux bras.

Dès les premières mesures, on trouve son morceau doux, très agréable. Les sonorités country sont très discrètes finalement sur cette ballade forte. "The silence" s’accélère et en devient assez planant lorsqu’on se laisse porter.

Au moment où Frida part dans les vocalises, ses trois choristes débarquent derrière elle assez subitement comme on aime le faire au Mello et à l’Eurovision.

Une chanteuse à voix qui ne brise pas le mur du silence contrairement à certaines, mais cela était promis par son titre… et c’est très bon !

Ce morceau est un coup de cœur pour nous et la chanteuse va peut-être créer la surprise et se qualifier tout à l’heure. En tout cas, il est promis à un joli succès sur les radios adultes suédoises.

Dans leur séquence "Oscar och Anis möter", ces deux jeunes présentateurs, très à l’aise, rencontrent les deux artistes suivantes. L’une d’elles fait du Chaplin et l’on se marre lorsqu’on nous montre le visuel avec leurs têtes sur les torses nus de Samir & Viktor.

5. Eva Rydberg & Ewa Roos - Rena rama ding dong


Göran Sparrdal, Kalle Rydberg, Ari Lehtonen

Eva Rydberg & Ewa Roos - Rena rama ding dong


Eva et Ewa sont les seniors de cette édition. Le Mello ne peut se passer de nos ainé(e)s et c’est très bien ainsi !

La première est comédienne et animatrice, tandis que la seconde est chanteuse, actrice et animatrice. Ces deux dames d’un certain âge (77 ans et 71 ans) abordent le sujet des réseaux sociaux… dans cette chanson en suédois et pleine d’humour.

Ces dames sont bien décidées à faire le show ce soir et se déhanchent dans leurs chemises noires pailletées. C’est très Music Hall, ça swing avec beaucoup de claps et quelques cuivres.

Elles déploient une belle énergie et se déhanchent sans être essoufflées, devant leur visuel rideau doré et pailleté. L’une d’elles fait même un peu de claquettes. On sourit en voyant aussi les quatre danseurs grimés en vieux derrière elles.

Nous aimons bien… mais nous n’espérons pas les voir qualifiées vu les précédentes propositions et la dernière qui arrive ensuite.

Retour du Star Tour Mello Edition, les garçons reprennent la route à bord de leur van. Ils chantent les refrains d’Afro-Dite, Martin Stenmarck, Sarah Dawn Finer, puis croisent Nanne Grönvall qui promène son chien à la campagne. Ensemble, ils chantent son énergisant Hall om mig (2005). Les garçons reprennent la route en entonnant La voix de Malena Erman (la mère de Greta Thunberg !), et Osby Tennessee (2018) de Kikki Danielsson, avant de finir par faire la chorégraphie de I can’t go on avec Robin Bengtsson sur une route de campagne.

6. Patrik Jean - Tears run dry


Herman Gardarfve, Patrik Jean, Melanie Wehbe

Patrik Jean - Tears run dry


Auteur de "Move" avec lequel ont gagné The Mamas l’an passé, Patrik Jean retrouve ses complices à la composition, et se présente lui-même au Mello 2021 en tant qu’artiste.

Le beau gosse est élégant dans sa tenue de couleur écru. C’est un autre good looking boy de cette soirée (et gay!), qui en compte pléthore.

Ses quatre danseurs qu’on a cru être des danseuses au début, ont leur part de féminité renforcée par leurs tenues et la façon de se mouvoir sur scène. C’est très gender fluid dans l’ensemble avec ces fleurs aussi, ces voiles et robes ainsi que leurs torses nus sous un bel éclairage rose pastel.

"Tears run dry" est un bon morceau avec de la sensibilité, du romantisme. Cette prod est très agréable, bien produite… aussi cotonneuse que ne l’est sa mise en scène. Son titre est assez personnel et veut faire pleurer et danser à la fois.

Cette proposition artistique tout en délicatesse est maîtrisée. Ce Patrik a une très belle voix et ses notes peuvent monter haut avec facilité. On comprend son travail avec The Mamas et la compositrice Melanie Wehbe. L’artiste est prêt pour la Saint Valentin… et pour la finale on espère !

7. Dotter - Little tot


Johanna ”Dotter” Jansson, Dino Medanhodzic

Dotter - Little tot


Comme beaucoup, on voyait bien Dotter remporter le Melodifestivalen 2020 avec "Bulletproof" mais ceux sont The Mamas qui ont remporté le ticket pour Rotterdam.

Après avoir failli remporter le Mello 2020 à un point près, la chanteuse rousse revient avec "Little tot", un titre qui porte celui du surnom que certains lui ont donné lorsqu’elle était jeune.

Parlons d’abord de sa belle tenue de scène, noire et composée d’une sorte de corset avec du latex, de larges épaulettes, des transparences avec ce voile fin qui laisse entrevoir son body au niveau des hanches… Nos amies lesbiennes devraient adorer ce look qui nous rappelle un peu celui des islandais d’Hatari.

Dotter est forte sur ce titre et s’adresse à la jeune génération en lui recommandant d’apprendre de nos erreurs, de ne pas avoir nos égos : "You don’t wanna be like us !"

Plus arty, son nouveau titre peut être déroutant à la première écoute. Il est cependant qualitatif, avec un bon rythme et des sonorités électro qui ne sont pas agressives. Bien que dansant, il est surement moins mainstream et plus novateur encore que "Bulletproof" auquel on le compare forcément.

Ses quatre danseurs portent le masque, ce à quoi nous sommes désormais habitués avec le Covid. Ils débarquent en noir comme des super héros au cours de cette belle mise en scène, sombre mais très artistique et travaillée.

Fera-t-elle aussi fort que son succès de l’an passé ? Une place pour la finale devrait lui revenir, sauf grande (et mauvaise !) surprise.

Oscar fait un peu de beatbox pour accompagner Anis au rap. Ils invitent les suédois à voter pour leurs titres préférés et nous revoyons les extraits des sept prestations de la soirée.

Le Star Tour s’arrête chez Lina Hedlund (Alcazar) et sa sœur Hanna, épouse du chanteur Martin Stenmarck. Les deux artistes féminines se mettent à chanter a cappella devant le van d’Oscar et Anis. C’est un clin d’oeil au Mello 2002 où elles concouraient avec "Big Time Party".

Passons maintenant à la séquence Hermans Melodiska Historia. Depuis sa cave, l’historien nous montre de belles peintures qui représentent nos schlager divas préférées. Cela commence avec le portrait de Carola et des extraits de sa victoire en 1991, puis avec la toile représentant Lena Philipsson, présentatrice de l’émission l’année dernière et victorieuse en 2004. On revoit Carola ensuite avec son "Evighet" en 2006, puis bien sûr Charlotte Perrelli avec "Hero" en 2007 et Loreen avec "Euphoria" en 2012.

Premiers résultats


Il nous est annoncé ensuite par Christer Björkman le nom des cinq artistes qui restent en compétition pour la suite : Anton Ewald, Frida Green, Patrik Jean, Dotter et Eva Rydberg & Ewa Roos.

Se classent sixième et septième WAHL feat. SAMI et Julia Alfrida. Leur aventure s’arrête là malheureusement.

L’application mise en place par la SVT pour le Melodifestivalen s’apprête à chauffer à nouveau maintenant avec le vote pour cinq artistes et quatre tickets.

Les premiers résultats


Interval Act


Anis Don Demina et Oscar Zia ne peuvent se faire un check des mains, sauf si un technicien apporte un plexiglass entre eux… ce qui bien sûr se produit maintenant.

Toujours en chapeau rouge mais cette fois à la guitare, Anis Don Demina donne de la voix sur un hommage qu’on ne comprend pas très bien. Notre maîtrise de la langue suédoise étant ce qu’elle est.

Comme s’ils inversaient leurs rôles, Oscar se met à danser le Shuffla, mais Anis reprend le chant à la guitare alors que surgis inopinément le régisseur et créatif Edward af Sillen à l’évocation de son nom. Sur ce morceau commenté par Oscar, Anis cite plusieurs personnalités dont Christer Björkman et Alice Babs.

Christer Björkman montre son bras et surtout sa montre, car c’est déjà l’heure des résultats.
Oscar parle dessus la voix de Christer comme si le senior avait du mal à se faire respecter ou à laisser sa place aux jeunes. Ah ces jeunes ont de l’avenir !

Résultats


Oscar Zia annonce que, Dotter décroche une place pour la finale du Melodifestivalen 2021 avec "Little Tot", qu’elle va interpréter à nouveau. Juste avant on la voit se préparer alors qu’on la retrouve simultanément pour sa réaction enregistrée, suivie d’une intervention de la metteuse en scène Sacha Jean Baptiste, qui, avec ses équipes a réalisé les 14 premières mises en scène de ce Mello et probablement des suivantes.

Son titre est un vrai grower… Dotter est interviewée rapidement par Christer Björkman.

Se voient octroyer une seconde chance : Frida Green… et Eva Rydberg & Ewa Roos.

Suspens donc ! Le duel final opposant, Anton Ewald à Patrik Jean, tourne à l’avantage du premier. Patrik Jean termine donc cinquième ce soir.

Contents pour Anton Ewald mais déçus pour Patrik Jean qu’on voulait voir en seconde chance a minima.

Nous revoyons avec plaisir la performance d’Anton Ewald. Il commence par un tack sverige ! mais ce n’est pas la seule différence puisque cette seconde séquence ne va pas du tout ressembler à la première. Le jeune homme est submergé par l’émotion et est à la fois atteint d’une sorte de fou rire, il a les larmes aux yeux… Il ne parvient pas à interpréter correctement son titre, heureusement ses choristes se font bien entendre.

C’est une séquence très rare à laquelle on assiste au Mello où tout est toujours millimétré ! Est-ce dû à sa qualification ou à ses retrouvailles avec le public suédois qui l’a perturbé ?

Anton Ewald en pleurs

Anton Ewald très ému


Le thème musical du Mello "The arrival of love" par The Attic retentie sur nos écrans.

Pour leur troisième tentative au Mello, Dotter et Anton Ewald signent des retours déjà gagnants puisqu’ils sont finalistes.

Les chansons de cette manche étaient d’un niveau supérieur à celle de la semaine précédente, qui ne nous a pas spécialement emballés malgré la présence de grands noms (Danny Saucedo, Jessica Andersson, Arvingarna…).

L’émission de ce soir était très bonne : des chansons de bonne facture, de belles mises en scène, beaucoup de danses… Le tout bien animé par ces deux jeunes. Une heure trente bien rythmée avec des courtes séquences vidéos intéressantes.

C’est Jason Diakité qui accompagnera Christer Björkman la semaine prochaine à la présentation de la troisième manche du Melodifestivalen 2021.

Nous espérons entendre et voir de la qualité, notamment pour Charlotte Perrelli, Alvaro Estrella et Klara Hammarström, et très probablement par le jeune Tusse.

L'émission en photos


D'autres sujets qui peuvent vous intéresser