Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)

  • by
Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Après avoir pris quelques clichés de la devanture mythique de l’Olympia avec les lettres rouges affichant le nom de Dorothée, nous entrons dans cette grande salle qui a accueilli les plus grands noms du Music-Hall tels qu'Édith Piaf, Joséphine Baker, Dalida, Sylvie Vartan, Jacques Brel, Johnny Hallyday, Michel Sardou... et une flopée d’artistes internationaux, comme ceux que nous avions vu dans cette salle : Cerrone, Mika et Lady Gaga.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
15h40. Un rond lumineux se forme sur le rideau rouge de l’Olympia. Cet emblème des salles de spectacle s’ouvre sous les cris des fans qui attendent, depuis une dizaine d’années, le retour de la star de leur enfance. Dorothée fait son apparition au fond de la scène derrière un fin rideau noir.

La chanteuse, qui a bercé plusieurs générations, s’approche doucement en chantant L’Olympia sous les applaudissements et les cris des spectateurs. Ce titre d’ouverture est totalement inédit et a été composé spécialement pour ces concerts parisiens. Les paroles évoquent l’émotion de ses retrouvailles avec son fidèle public dans cette salle qui a marqué ses débuts sur scène en 1981 et 1982 dans le cadre de comédies musicales.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Do est d’abord seule en scène jusqu’au break musical où ses musiciens descendent du plafond. Les guitaristes et bassistes sont tenus par des harnais tandis que le batteur est installé sur une plateforme qui vient se poser au centre de la scène.

Après l’arrivée de ses deux choristes, Dorothée enchaîne directement sur son tube Ca donne envie de chanter avec lequel la jeune femme commençait souvent ses émissions de télévision. Ses deux danseuses et ses deux danseurs viennent la rejoindre ; tous les 4 font une chorégraphie avec une boule à facettes à la main.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
La grande prêtresse du divertissement pour enfants chante ensuite Docteur, extrait de son album éponyme sorti en 1987, année de son transfert d’Antenne 2 à TF1. Ses danseurs, qui l’entourent, portent des tenues noires tandis que les deux danseuses sont jolies dans leurs robes argentées scintillantes.

A la fin du titre, elle prend la parole et lance un "Vous n’avez pas oublié les chansons du passé ? ". Cela fait une belle transition pour cette nouvelle chanson qui énumère les titres de ses plus grands tubes. Premier morceau de la soirée à être extrait de son dernier album, Les chansons du passé évoque les retrouvailles de Marjolaine et de son copain Nicolas mais apporte aussi des nouvelles des Schtroumpfs et des Ewoks, sur une jolie mélodie tzigane.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Dorothée, qui porte durant la première partie de ce spectacle un joli t-shirt blanc sous une veste noire scintillante, et un jeans noir, demande ensuite à tout le monde de "faire un petit exercice de mémoire". Elle entame alors un medley de quelques-uns de ses tubes des années 80 : Pour faire une chanson, Rox et Rouky, Au pays de Candy et de celui qui se serait le mieux vendu : Ouh la menteuse. Ce dernier a d’ailleurs fait l’objet d’une nouvelle version avec un clip animé en 2006.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
A la fin du morceau, les fans scandent Dorothée, Dorothée, Dorothée ! La chanteuse entonne ensuite le Collège des cœurs brisés sous une lumière bleue tamisée. Le guitariste s’approche d’elle pour jouer le riff de guitare présent sur cette fameuse mélodie qui date de 1992.

Dorothée nous confie que "ça fait du bien d’avoir des copains". C’est l’occasion pour elle d'interpréter une nouvelle chanson de son album mis en vente récemment sur tous les plus grands sites digitaux et en support physique sur le site de la chaîne francilienne IDF1.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Jean-Paul Cesari l’accompagne à l’harmonica sur le titre On a toujours besoin. Do présente le jeune homme et lui demande s’il peut nous faire le générique du dessin animé Nicky Larson.
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Cela fait plaisir de le revoir sur scène mais beaucoup d'entre nous auraient bien aimé l’entendre chanter plus longtemps.

La carrière discographique de Jean-Paul Cesari dans les années 80 compte d’ailleurs plusieurs 45 tours ("Près de vous", "Seulement pour toi", "Dites-lui", "Veilleur de nuit"...) ainsi que d’autres génériques de dessins animés tels que "Les bioniques" et "Metalder".

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


Dorothée remercie celui qui travaille à ses côtés depuis tant d’années tout en assurant une transition vers la chanson suivante. Elle fait chanter le refrain d’En rêvant à ses nombreux admirateurs, présents Boulevard des Capucines.
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
A sa grande surprise, ils connaissent déjà bien les paroles de ce nouveau titre très optimiste.

Après un rafraîchissement près du beau piano noir, Dorothée nous fait découvrir l’énergique Je suis amoureuse. Les choristes lui donne la réplique sur cette nouvelle chanson qui utilise aussi les synthés de la grande époque AB disques. Les paroles du morceau sont l’occasion d’un échange avec les spectateurs qui essayent de deviner l’identité de l’heureux concerné. Dorothée, joueuse, est fidèle au texte original en infirmant qu’il s’agit des acteurs Brad Pitt, George Clooney, et Tom Cruise.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Un technicien vient ensuite lui installer un pied de micro. Dorothée annonce qu’elle va chanter un petit conte de fée. Il s’agit également d’une nouvelle chanson, La petite Jeanne, interprétée sur une douce mélodie qui monte crescendo. Les lumières vertes, rouges et bleues sortent du dessous de la scène tandis que tombent des jets de lumières blanches.
Dorothée est accompagnée par son complice Richard Lornac qui a laissé ses synthés pour s’installer derrière le piano noir. Rappelons que dans cette histoire, la princesse et le prince portent les prénoms des deux enfants de Jean-Luc Azoulay et Isabelle Bouysse : Adam et Jeanne.

Après avoir été à nouveau acclamée, Dorothée dit "J’en connais beaucoup qui aimeraient rester à 7 ans et demi". Les fans sont contents de pouvoir écouter cette très belle chanson sur scène, et lui réservent d’autres applaudissements. Dorothée chante ce titre en présence de son auteur, Michel Jourdan, assis au deuxième rang de ce premier Olympia. Dorothée, visiblement émue à la fin de ce titre lui rappelant ses parents, se voit offrir un premier bouquet de fleurs par des spectateurs.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Do reprend le cours du spectacle en lançant "Allez on chante tous ensemble". La grande soeur de beaucoup d’enfants nés dans les années 70 à 90 passe alors à un autre de ses tubes : Maman. Lors de cette scène, ses deux danseuses sont encore plus jolies dans leurs jupes à frou-frou blancs, leurs t-shirts noirs et avec leurs éventails à la main.

Jacky, suivi de son cameraman, débarque sur la scène de l’Olympia. Dans son costume jaune, l’animateur "croît" intervenir en direct sur la chaîne IDF1 (sur laquelle il officie chaque jour de la semaine avec son JJDA) durant l’entracte. Dorothée le réprimande et chante pour l’occasion Qu’il est bête, entourée de Jacky qui gesticule de tous les côtés.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
L’ex-animateur du Jacky Show veut, à son tour, chanter cette chanson à l’Olympia ; ce que lui refuse, Dorothée, car elle vient de l’interpréter. Après moults tergiversations, Dorothée finie par accepter de le laisser chanter "Qu’il est bête".

Mais, Jacky n’est pas satisfait de sa présentation qui ne le met pas assez en valeur. Il souhaite être présenté comme une "exclusivité mondiale et intergalactique" et être accompagné par les deux choristes qui finissent également par accepter.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Ces dernières commencent le morceau dans une version quasi a cappella, puis Jacky vocalisera par la suite également accompagné des musiciens de Dorothée. Cette dernière lui jette alors à la fin un seau d’eau sur la tête qui lui "rappelle le bon vieux temps". Mais, Jacky n’est pas tiré d’affaires car Do lui demande de nettoyer la scène trempée.

Dorothée s’y colle également en précisant qu’on lui aura vraiment tout fait faire, alors que les choristes les accompagnent en chanson "faut laver, balayer, éponger... nettoyer !". Avant de partir, Jacky la remerciera en demandant au public d’acclamer... "les balais de Dorothée !"

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
"Dès que Jacky passe quelque part, c’est comme un coup de tonnerre !", ponctue Dorothée. De retour pour l’accompagner, ses deux danseuses portent leurs tenues argentées alors que les deux danseurs sont plus dévêtus avec leurs torses nus... ce qui a bien plu aux nombreux gays présents dans la salle lors de ces concerts.
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Richard Lornac joue du piano sur ce Coup de tonnerre, un nouveau morceau avec une pêche d’enfer et qui est superbement mis en scène avec des lumières rouges et blanches pendant les acrobaties de l’équipe. Le rideau de l’Olympia se referme ensuite pour laisser place à un entracte où le public pourra écouter des chansons tirées du répertoire de Dorothée.
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
17h10, le spectacle reprend avec le logo du Club Dorothée qui apparaît sur le rideau rouge de l’Olympia pendant que les différents génériques des émissions jeunesse, Récré A2 et Club Dorothée, sont diffusés. Le rideau s’ouvre après plusieurs minutes de folie nostalgique qui ont envahies les jeunes de l’époque, contents de se retrouver pour l’occasion.

Très applaudie, Dorothée, assise sur un tabouret, nous offre une émouvante version de On m’appelait Dorothée, autre morceau plein de nostalgie qui évoque ces années de folies télévisuelles. Ce sentiment est renforcé par la présence du logo bleu, puis de celui couleur or, qui s’affiche derrière Dorothée. Il est juste surprenant de ne pas voir le logo rouge figurant sur l’affiche de cet Olympia.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Dorothée, qui porte une veste noire avec une attache centrale blanche, se lève ensuite avant de nous dire : "On va chanter tous ensemble". Les premières notes de Tremblement de terre retentissent dans les enceintes. La version proposée est excellente avec notamment un bon solo de batterie qui apparaît juste avant la reprise où les fans couvrent la voix de Dorothée sur certaines paroles.

Elle dénoue ensuite sa veste pour laisser apparaître un haut doré et près du corps, avant de demander à deux reprises "Est-ce que vous aimez le rock’n’roll ?". Suite à l’approbation criée par le public, Dorothée entame un medley rock par l’énergisant Dorothée rock (1989) avec ses "Ne bougez pas, j’arrive !".
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
La chanteuse est entourée de sa troupe de danseurs qui portent des blousons noirs et des polos blancs pour les garçons et des jupes écossaises pour les filles. Ce medley rock se poursuit avec Toutes les guitares du rock’n’roll (1992), Toute ma vie j’ai chanté du rock'n'roll (1993) et Détective privé (1986). Après que la troupe ait effectuée une chorégraphie inspirée de la danse acrobatique, le medley s’achève avec la reprise de Dorothée rock.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Dorothée intervient ensuite en disant : "Ils s’en souviennent les copains ! C’étaient les vieilles bonnes années du rock’n’roll ! " avant d’en enchaîner sur En ce temps-là un nouveau morceau chanté sous un éclairage rose et devant un fond bleu projeté derrière elle.

Le public se relève et frappe des mains sur la chanson suivante. Ils regardent Dorothée chanter Emmène-moi, tout en effectuant quelques pas de danse, sous des lumières blanches en provenance du sol. Ce nouveau morceau a un petit air entêtant et des paroles qui nous font voyager de l’Himalaya au Nirvana.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
Les choristes reviennent ensuite sur scène. Dorothée les taquine : "Ça va les filles ? Elles sont grandes… mais elles sont mignonnes !". Puis, le duo vient se positionner à ses côtés au centre de la scène. Ensemble, elles chantent Tant mieux un nouvel extrait de l’album Dorothée 2010. Cette chanson sentimentale commence de façon acoustique avant que les musiciens n’accompagnent le trio par la suite.

Dorothée remercie ses deux nouvelles choristes : "Merci Sophie et Sophie... Applaudissez-les très fort ! ". Ses deux choristes habituelles, Martine et Françine, ont pourtant assuré les vocaux sur l’album mais ne pouvaient être présentes pour ces concerts.

" Il n’y a qu’une chose qui nous fasse vivre... C’est l’amour ! " dit-elle avant de nous faire Une chanson d’amour sous de belles lumières mauves. Sur cette chanson douce, figurant aussi sur son nouveau CD, Do fait participer le public qui reprend avec entrain la mélodie en fredonnant les "nanana-nana", puis le félicite : "Vous êtes supers !".

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
"J’ai appris ce matin une chose extraordinaire ! Il parait que Les filles aiment les garçons". Le public participe beaucoup sur ce titre en frappant des mains. Il est vrai que cette nouvelle chanson possède une mélodie imparable. La chorégraphie illustre bien ce titre plein de bons sentiments : les deux jolies danseuses, dans leur robe rose ou jaune, tiennent chacune une poignée de ballons à la main. Elles sont suivies par les deux danseurs qui assurent les claquements de mains.

Après avoir terminé de chanter ce titre joyeux, Dorothée annonce que le morceau suivant a été écrit spécialement "pour moi par Grand Cerveau Malade". Il s’agit de la Valise 2010. Cette thématique est toujours utilisée sur une chanson pour chaque nouvel album de Dorothée depuis 1982. Après le raggamuffin, la techno, le rap et la country, la valise 2010 est un slam.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
D’un ton grave, Dorothée commence à réciter un texte un peu sombre évoquant sa rencontre avec un marabout. Elle est ici entourée des deux guitaristes et de plusieurs techniciens qui se sont approchés pour écouter ce slam et sûrement afin de s’assurer qu’elle n’a rien oublié de mettre dedans : sa belle jupe grise, une paire de baskets, la laisse et le collier du chien, la photo de Sébastien, les patins à roulettes, des bonbons et des lunettes... et les chaussettes rouges et jaunes à petits pois.

Le morceau alterne des passages plus sombres de slam avec des moments festifs avec les indispensables parties vocales des "chaussettes rouges et jaunes à petits pois". Le public se relève à chacun de ces refrains et chante en choeur sur une illustration de pois colorés projetés sur l’écran du fond de la scène.

Le titre s’achève, comme sur le CD, avec les choristes qui ne se rendent pas compte que le morceau est fini. Dorothée se rapproche d’elles en leur précisant "Sophie et Sophie... ça suffit... C’est fini ! ".

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
"Allez, on chante tous ensemble" lance t-elle ensuite alors que la batterie s’élève et qu’une fumée blanche s’étend sur la scène. Les deux danseurs, vêtus tout en blanc, sont de retour sur scène pour une nouvelle chorégraphie contenant quelques acrobaties. Les deux danseuses portent aussi des petites robes blanches sur Les neiges de l’Himalaya.

Le public reprend en chœur les paroles et participent également beaucoup en insistant sur les "...ne m’empêcheront pas d’arriver... jusqu’à toi !" en désignant Dorothée avec leur doigt. Celle-ci n'oubliera pas dans sa chorégraphie les mythiques haussement d'épaules. Sur ce morceau, la chanteuse présente son équipe en commençant par les danseurs (elle leur tend le micro pour qu'ils se présentent) Christophe De almeida, Kamel Sadaoui, Nadine Timas et Sevy Villette, puis les choristes Sophie Tiam et Sophie Gemin.

Elle se rapproche ensuite des musiciens tels que le bassiste Michel Cabanas, Maxime Devaux à la guitare, Richard Lornac aux claviers et synthés et enfin Romain Darbon à la batterie. Elle précise qu’ils sont "sous la grande direction" de Gérard Salesses, qui lui compose depuis longtemps toutes ses musiques. Elle remercie l’équipe du son, Jacques Rouveyrollis pour ses lumières, tous les autres techniciens, Pat LeGuen et son équipe vidéo. "Merci à l’Olympia... et surtout... à vous !"

Quelques fans s’approchent tout près de la scène pour lui offrir des fleurs. Puis, elle demande "Est-ce que vous vous souvenez de mes deux petits copains Nicolas et Marjolaine ?". La réponse ne se fait pas attendre et les paroles de la chanson sont reprises en chœur par un Olympia tout entier.

La seconde partie du morceau sera également l’occasion d’un bon moment festif avec le claquement de mains sur cette mélodie endiablée. Ce morceau est également joliment mis en lumière avec de la couleur bleue et rose.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
"Grâce à vous, j’ai Des millions de copains" nous dit-elle avant de passer au générique de son émission caritative qui passait chaque dimanche sur TF1. Dorothée apportait son aide à La chaîne de l’espoir qui a ainsi pu soigner beaucoup d’enfants malades. Sur la scène de l’Olympia, quatre jeunes viennent la rejoindre. Ils sont suivis par plusieurs petits groupes de jeunes qui viennent chanter ce titre, alignés les uns à côté des autres.

Puis, Dorothée présente un à un les candidats découverts dans l’émission Vous avez du talent sur la chaîne IDF1. Après avoir frappé dans la main de toute cette lignée de candidats, Dorothée part en coulisses et fait plusieurs allers-retours entre celles-ci et la scène. Les candidats la quittent à leur tour après avoir chanté la dernière partie de la chanson.

Les spectateurs de l’Olympia réclament Dorothée. La star de leur enfance revient et leur répond : "Merci... je suis Folle de vous ! ". Lors de cette chanson, Dorothée fait à nouveau plusieurs allers-retours, car comme au bon vieux temps, la chanteuse ramasse beaucoup de fleurs sur les dernières mesures (étirées) de la chanson "Folle de vous".

18h25, c’est la fin de ce beau concert. Le public réclame le retour de leur idole en scandant "Une autre ! Une autre ! ", mais Dorothée préfèrera préserver sa voix pour les prochains spectacles dont le suivant débutera à peine deux heures après.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


En plus d’avoir comblé la nostalgie des enfants (qui ont beaucoup grandi depuis), ces concerts auront été l’occasion pour Dorothée de présenter 13 (sur 16) nouveaux morceaux de son dernier album. Les plus grands tubes de la star des enfants pendant une double décennie auront été joués en intégralité ou incorporés dans des medleys.

Seuls quelques uns ont été gardés pour de prochains concerts parmi lesquels Allô, allô Monsieur l'ordinateur, 2394, Il faut chanter, Tant qu'on a des amis, Attention danger, Vive les vacances, Bonheur city, Un jour on se retrouvera, La machine avalé, Chagrin d’amour...

Les chansons jouées rendaient très bien dans leurs versions live 2010. La voix de Dorothée est restée de qualité, et fait toujours autant passer d'émotions, malgré toutes ces années de retrait du monde du spectacle.

Pour ceux qui n’auraient pas pu assister à ce comeback réussi, Dorothée devrait faire quelques dates avec ce spectacle en province... avant de revenir à Bercy le 18 décembre 2010. Cette salle sera un nouveau pari à réussir pour la détentrice du record avec 56 concerts à Bercy entre 1990 et 1996 avec plus de 750 000 spectateurs.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)




Dimanche

Après la Valise 2010 en slam, son vieux complice Corbier lui fait la surprise de débarquer sur scène. L’ex-animateur du Club Dorothée salue cette nouvelle chanson à texte de Dorothée et interprète son tube de 1986 le nez de Dorothée à la plus grande joie de petits et grands. Plus d'infos sur l'actu de Corbier

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)
  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


Lundi

Une surprise attend Dorothée car c’est son producteur et financier de l'époque d'AB Claude Berda qui vient pousser la chansonnette avec Non, je n’ai pas changé de Julio Iglesias. Ils sont rejoints par Arianepuis par son producteur et parolier Jean-Luc Azoulay. "Le A et le B réunis" déclara Dorothée.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


Lors de la présentation de ses musiciens et choristes, Dorothée fait venir sur scène son chorégraphe Stéphane Jarny précisant qu’il s’agit de son ex-danseur. Ce passionné de danse a débuté en accompagnant de nombreux artistes (comme la divine Ysa Ferrer au côté de Kamel Ouali) et a montré ses talents de chorégraphes à de multiples reprises ("Les 10 commandements", "Nouvelle Star", "Vivement Dimanche"...).

Ses complices des années 80 et 90 (et désormais sur IDF1), Jacky et Ariane, reviennent à la fin aux côtés de Dorothée pour chanter Des millions de copains avec elle et les jeunes de "Vous avez du talent".

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)


Sur Folle de vous, son compositeur Gérard Salesses s’assoit pour jouer du piano face à Richard Lornac. Il est entouré de toute l'équipe.

  • Dorothée à l'Olympia (Paris - 2010)



Les sites web où vous pourrez suivre l'actualité de Dorothée :

www.absolumentdorothee.com
www.cheredorothee.com
www.generationdorothee.net
www.idf1.fr


D'autres sujets qui peuvent vous intéresser