Notre article "Dance Machine 2022 (Concerts)
Agenda Clubbing MAP GAY PARIS resto bars shopping club cruising sex Playlist Youtube/Spotify Agenda Concert Nouveautés musicales Album Single Associations gay LGBTQIA+ Eurovision

Dance Machine 2022

  • by
Dance Machine 2022
Après le retour du Hit Machine il y a un an, W9 fait revire Dance Machine le temps d’une soirée à laquelle nous nous devions d’assister ; nous qui vivions ces évènements derrière notre poste de télé branché sur M6 il y a 30 ans.

L’émission diffusée entre 1992 et 2000 fête les 30 ans de sa première édition avec cette soirée exceptionnelle dont la diffusion sur W9 est prévue pour le premier trimestre 2023.

Nous vous racontons le tournage de cet événement enregistré en public le 24 novembre 2022 au Dôme de Paris. Bien sûr, l’émission qui sera diffusée sera sensiblement différente puisqu’elle contiendra des images d’archives et puisque certaines séquences ont été tournées dans un autre ordre.



19h25. Nous prenons place en fosse, c’est-à-dire tout près de la scène et donc des écrans qui composent le grand décor aux couleurs orange, avec un logo assez proche de celui des années 90 dans sa forme.

Une grosse boule disco est suspendue au centre de la scène.

Le générique original (« Who pays the piper » par Gary Clail) a été zappé c’est dommage, et nous ne retrouvons pas non plus les couleurs noir / bleu au rendu discothèques, remplacé par des couleurs chaudes qui évoquent plutôt les tubes de l’été. Tant pis, cette émission hommage a le grand mérite d’exister !

Le public patiente en écoutant notamment des tubes de Cappella, Ace of Base, Geri Halliwell (It’s raining men) et Gala.

Dans les gradins, nous apercevons Séverine Ferrer qui pourrait revenir prochainement avec son émission culte Fan 2. Un projet serait en cours pour 6play. Pourquoi pas son retour en effet, alors que Star Academy est aussi revenue et que Nouvelle Star aura le droit à sa soirée spéciale pour fêter ses 20 ans. Deux nouvelles émissions du Hit Machine ont également été tournées il y a 15 jours. L'animatrice reste une bonne partie de l’émission et s’amuse à filmer les Worlds Apart et les Poetic Lover avec son smartphone.

19h45. Le chauffeur de salle débarque sur scène et nous demande de faire du bruit pour Dance Machine 30 ans ! Frappez des mains ! Dansez ! Le public se manifeste bien et est fin prêt à assister au spectacle.

"Ce soir c’est la grande discothèque avec Corona, Culture Beat, Dr Alban, Billy Crawford, les Worlds Apart, Benny B, Poetic Lover, Organiz’ et… Ophélie Winter !" nous dit le chauffeur de salle avant de faire monter des personnes du public pour danser sur scène.

Dance Machine 2022


Tubes de l'été


20h15. Le tournage commence. Une quinzaine de jeunes danseuses, et trois jeunes danseurs, font leur entrée sur scène pour un medley 100 % été, dans lequel on écoute avec plaisir La macarena (Los del Rio), Yakalelo (Nomads), Alane (Wes), Samba de Janeiro (Bellini) et Maria (Ricky Martin).

Billy Crawford


Billy Crawford

Le premier artiste de la soirée à se présenter au public est Billy Crawford. Celui qui vient de remporter Danse avec les stars sur TF1 nous chante bien sûr son tube Trackin’ (2002). Entouré de six danseurs(ses), ce philippin de 40 ans désormais déploie une belle énergie dans son ensemble Ami, porté sur un large pantalon rouge.

Dans son look urbain avec casquette, Billy Crawford lance un « Wesh ma gueule » à la fin de sa perf. Le public est ravi de le revoir en France, et l'applaudit bien fort, même s'il n'a rien à voir avec Dance Machine.

Le public réclame Ophélie Winter, mais la star ne pointe pas encore le bout de son nez sur scène. Il nous faudra patienter encore un peu avant de retrouver l’animatrice de Dance Machine (dates exceptionnelles les samedis à Bercy entre 1994 et 1996) mais aussi de Dance Machine Club (chaque vendredi soir en 1995/1996).

Culture Beat


Culture Beat

Le tournage de l’émission se poursuit avec Culture Beat. Enfin plutôt avec l’ex-chanteuse de ce groupe allemand, l’anglaise Tania Evans qui est désormais accompagnée sur scène du rappeur Wyllywyll. Ils sont entourés de six danseurs(ses) sur l’hymne eurodance « Mr Vain ». C’est la première fois que nous voyons Tania Evans sur scène, dans la mesure où d’ordinaire ceux-sont les Culture Beat « officiels » qui se produisent le plus en Europe, c’est-à-dire Jacky Sangster et Foti Stefos.

Tania Evans porte un haut rouge avec de longues manches vertes, ainsi qu’un legging noir. La britannique chante en live avec sa belle voix puissante et s’accompagne avec des cymbalettes.

Tania Evans a fait partie du groupe Culture Beat entre 93 et 97, et a enregistré deux albums pour ces producteurs allemands.

L’eurodance résonne au Dôme de Paris ce soir et c’est un réel plaisir pour nous et pour une grande partie du public présent à ce tournage.

Dans cette même salle, nous avons participé à une We love the 90s en mai 2019 avec des artistes que nous aurions aimé revoir pour ce Dance Machine 30 ans : 2 Unlimited, Haddaway, Snap!, Dj Sash! … Seuls Dr Alban et ces Culture Beat (même si différents) se produisent également ce soir sur cette scène.

Corona


Corona

C’est la plantureuse Corona qui vient maintenant nous chanter un autre hymne eurodance, le bien nommé "The rhythm of the night". Elle chante en playback, mais le public est très réceptif à son tube mondial. Rien que de voir cette plantureuse brésilienne de 54 ans se dandiner sur scène, quasiment comme en 1994, fait très plaisir au public qui se remémore cette grande époque.

Cela faisait un moment que nous n’avions pas vu Corona sur scène. On se souvient de la venue de cette icône des 90s au Bataclan pour une Culture 90 en février 2010, et sur la tournée Génération Dance Machine en 2011.

Dans les années 90, Corona s’est produit à 5 reprises sur la scène de Dance Machine ; à égalité avec Ace of Base et Ice MC, et devance donc Culture Beat avec 4 prestations, comme Cappella et Masterboy, qui manquent vraiment ce soir à cette soirée revival.

Alors qu’on s’attendait à revoir sur une télévision française des performances d’Ice MC, Jenny Berggren d’Ace of Base, Katrin Quinol de Black Box, Indra, Boris ou Paradisio, seule une petite partie du show est réellement consacrée aux stars de la dance avec trois invités que sont Corona, Dr Alban et Tania Evans de Culture Beat.

Sur la scène du Dôme de Paris ce soir pour Dance Machine 30 ans, Ophélie Winter rejoint Corona. Les deux femmes se saluent chaleureusement en souvenir du bon vieux temps.

Ophélie Winter & Corona


"Corona n’a pas changé, elle au toujours aussi sublime" nous dit Ophélie et l’on ne peut qu'être d’accord.

C’est la première apparition d’Ophélie Winter ce soir sur la scène du Dôme de Paris, auparavant appelée Palais des Sports. L’animatrice ne semble pas très à l’aise, ce qui est quand même normal après tant d’années sans animation TV.

Cela fait plaisir de revoir Ophélie dans de meilleures dispositions que ce qu’indiquait la presse il y a de cela trois ans.

Nous l’avons vue sur scène début juin 2022 à la soirée gay Follivores (Paris) et déjà elle était hilare lors de son showcase sur scène.

L’artiste vit désormais sur l’île de La Réunion et a sorti son autobiographie Résilience l’année dernière.

20h55. Ophélie (48 ans) lance un magnéto en indiquant « pour les plus jeunes, voici ce que vous avez loupé ! Aqua, Reel 2 Real…

Ophélaï est superbement lookée avec une courte veste en noir et blanc, zébrée, sur un bustier scintillant en strass, et dans un pantalon large en cuir noir.

Le public est bienveillant et lance de multiples Ophéliiiiie !

Corona est de retour sur scène et cela nous fait bien plaisir. Elle interprète « I don’t wanna be a star » en live cette fois. Dans une nouvelle tenue blanc-gris scintillante, la brésilienne aux longues tresses vient déambuler parmi le public comme au Bataclan où nous l’avions vu en février 2010.

Corona


Corona a aussi participé à la tournée Génération Dance Machine La tournée des années 90 en 2011, comme deux artistes à venir : les Worlds Apart et Benny B.

Ophélie enregistre un lancement dans lequel elle indique qu’elles ont toutes foulé la scène de Dance Machine : Corona, Robin S, Ultra Naté…

Elle enregistre aussi celui de Culture Beat en précisant que cette chanson a été numéro 1 dans 13 pays et numéro 1 en Europe.

C’est maintenant au tour d’un magnéto consacré au phénomène boys band.

Worlds Apart


Worlds Apart

Les Worlds Apart viennent chanter « Baby come back », un titre produit par les Masterboy qui ne sont pas là ce soir malheureusement. Nathan chante principalement tandis que Steve et Cal se chargent plutôt des cœurs et de la chorégraphie.

Ils sont toujours aussi séduisants dans leur t-shirt blanc avec une bande bleu blanc rouge.

Le trio était déjà là pour le retour du Hit Machine l’an dernier, dans cette même salle et pour la même chaîne. Mais, Cal étant malade ce soir-là, Nathan et Steve s’étaient produit en duo.

Autre lancement : Ophélie indique « Je suis heureuse, comme si on ne s’était jamais quittés… ».

Les Worlds Apart reviennent pour interpréter « Je te donne », « note plus grand succès en France », et cela se vérifie ce soir, tant il règne une belle ambiance dans le public du Dôme de Paris. Nouvelle tenue aussi pour eux, puisqu’ils apparaissent en t-shirt noir avec des motifs blancs.

Worlds Apart


Nathan descend dans la fosse où des spectatrices ont apporté un drapeau des Worlds Apart, comme à la grande époque.

Ophélie Winter rappelle que "Dans les années 90, il n’y avait pas les réseaux sociaux, on se retrouvait pour danser sur les tubes de Gala, Haddaway, Dr Alban…".

Ce qui est dommage, c’est que seul l’un d’entre eux est là ce soir pour nous faire revivre l’énergie des années 90.

Dr Alban


Dr Alban

Dr Alban vient chanter son tube « Sing Hallelujah » devant une troupe composée d’une quinzaine de choristes gospel.

C’est la jeune blonde Tiia Aalto qui accompagne Dr Alban ce soir mais c’est le vocal original de Giovanna Bragazzi qu’on entend et heureusement… même si cette instagrameuse Lifestyle, Fitness, Modèle et Dansseuse chante peut être très bien. Le mystère reste entier !

Ophélie rejoint l'artiste suédois, et après une accolade, elle raconte une anecdote où Dr Alban lui avait proposé le mariage entre deux chansons à Dance Machine dans les années 90.
Dr Alban


Pour info, l’ex-dentiste a été marié à une femme blonde Kinher Mansson entre 2024 et 2021, mais est probablement célibataire actuellement… Quand à Ophélie, on ne sait pas bien si elle poursuit son aventure amoureuse à La Réunion où elle vit désormais.

"Dance Machine c’était aussi le rap festif et bon esprit que tout le monde connaît, même si on n’est pas de cette époque... » lance Ophélie Winter pour reprendre le cours de cette émission hommage.

Benny B.


Benny B.

C’est Benny B. qui nous interprète « Vous êtes fous ? » devant un visuel représentant un transistor rose et entouré de danseurs. On remonte là à 1990. Dance Machine n’existait pas encore. Peu importe, le trio a participé à la tournée Génération Dance Machine en 2011.

L’artiste belge est en solo ce soir même s’il lui arrive encore occasionnellement de faire des dates avec ses deux compères de l’époque : Perfect était avec lui en tant que duo sur la tournée en 2011, et également avec Daddy K sur quelques dates.

Dans son beau blouson coloré, Benny B. exécute quelques pas de danse free-style pour nous montrer qu’il en a toujours sous le capot.

Le chauffeur de salle fait monter deux jeunes spectateurs sur scène, avant qu’Ophélie ne fasse son retour toujours accompagnée de l’assistante-réal Judith.

La présentatrice a le smile et rit aux nombreuses interpellations du public. Elle indique qu’ « à l’époque un dj passait toujours de la musique de lovers » pour nous présenter le groupe qui arrive maintenant.

Poetic Lover


Poetic Lover

Le quatuor Poetic Lover composé de Rudy Joe, Jay, Dre Bonny et Rhodes est au grand complet et nous interprète « Prenons notre temps », une balalde qui date de 1997 et qui fait surtout « Darling, faisons l’amour ce soir ». Rappelez-vous…

Dans leur longue chemise afro colorée, ces lovers font plaisir à la gente féminine présente et qui se remémore plein de bons souvenirs de cette époque révolue.

Ophélie Winter présente non pas la suite du programme mais ce qui a été tourné plus tôt dans la soirée, notamment la séquence sur les tubes de l’été, tournée vers 20h15, et s’adresse aux spectateurs : Est-ce que vous êtes chaud le Dance Machine ?

Place à un magnéto « tout en abdos » avec les beaux gosses Billy Crawford, Ricky Martin et David Charvet.

Ophélie Winter enregistre la suite en évoquant Coolio. Il nous a quitté le 28 septembre dernier. Souvenez-vous de "Gangsta’s paradise" c’était en 1995. Coolio, c’était un ami.

Le chanteur de 59 ans a été retrouvé dans une salle de bain où il aurait été victime d’une attaque cardiaque. Nous l’avions vu sur scène en juillet dernier, c’était à Göteborg en Suède.

Le Dôme de Paris est transformé en une discothèque géante. Ophélie Winter, vraiment plus pro au fil de l’émission, enregistre le plateau du début, et celui de fin de ce Dance Machine 30 ans. Quelle soirée ! Merci infiniment aux artistes !

Puis, un photographe vient prendre la belle blonde en photo devant le décor de Dance Machine 30 ans. Ophélie joue avec son généreux décolleté, en dégageant son petit blouson en arrière. Les photos seront sexy.

Poetic Lover


Merci à Culture Beat ! Plus qu’un beau gosse, un artiste complet, chanteur-danseur-réalisateur : Merci Billy Crawford ! Merci aux Worlds Apart, à Dr Alban, à Benny B (mais vous êtes fous !). Merci aux Poetic Lover. Merci beaucoup Organiz’, merci… le public !

Le chauffeur de salle est de retour avant d’accueillir Organiz’, une surprise et Ophélie Winter, celle-ci étant partie en coulisses revêtir sa casquette de chanteuse.

Nous reconnaissons maintenant Romano B, un dj gay, qui était dans le public et vient maintenant danser de la zumba ou du Kuduro.

Ça danse le kuduro dans la fosse, et dans tout le Dôme de Paris sur « Freed from desire » de Gala que tous auraient bien aimé voir sur cette scène ce soir.

Le public patiente en écoutant Kylie Minogue et son “Can’t get you out of my head”. L’artiste australienne avait participé en 1995 et avait chanté « Confide in me ».

Seize choristes prennent place sur scène dans leur tenue gospel pourpre et dorée sur la partie supérieure.

Ophélie Winter et Organiz’ : Hommage à Coolio


Ophélie Winter et Organiz’ : Hommage à Coolio

Organiz’ entrent en scène dans leurs doudounes noires, Ophélie Winter, elle est chic dans un tailleur blanc. Ensemble, ils reprennent « Gangsta’s paradise » en hommage à Coolio.

Le rappeur américain a participé à un Dance Machine « spécial boys », c’était en 1997 à la Patinoire de Bordeaux.

Organiz'


Organiz'

Le duo Organiz’ composé de Mike et Phylly nous chante sa reprise de « I never knew love like this before » (1999), à l’origine par Stephanie Mills (1980). Ces deux beaux mecs chantent bien en live et sont élégants dans leur veste pour l’un et manteau noir pour l’autre.

En toute fin de chanson, ils reprennent le refrain a cappella avec le public.

Nous patientons cinq bonnes minutes encore, le temps qu’Ophélie revête une autre tenue en coulisse.

Ophélie Winter


Ophélie Winter

23 heures. Ophélie Winter clôt la soirée avec une chanson que nous attendions tous « Dieu m’a donné la foi » (1995), un titre pop et r’n’b qui est toujours aussi plaisant à écouter pour se trémousser.

Entourée de danseurs(es), sous une pluie de confetti’s, et dans une nouvelle tenue sportswear, l’ex d’MC Solaar, qui a aussi été jurée dans Popstars en 2007, fait revivre les années 90 à la plus grande joie des spectateurs du Dôme de Paris, et les téléspectateurs prochainement sur W9.

Toutes nos photos




En quittant cet enregistrement public, nous nous interrogeons sur les succès des années 90 en France et l’impact qu’elles ont actuellement. Cette décennie rencontre moins de succès que la précédente, ce que nous regrettons.

La tournée Born in 90 est toujours programmée, mais on n’en entend plus parler, contrairement à la première édition en 2019/2020. Aura-t-elle lieu dans un mois à Paris et au printemps prochain sur les routes de France ? Une annulation pure et simple est plus probable.

MAJ : L’annonce de l’annulation de Born in 90 a été quelques jours avant la tenue du concert à Bercy ce qui n’est vraiment pas respectueux du public de la part des producteurs.

Vos réactions / commentaires

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser