Notre article "Madonna au Stade de France (Paris - 2012)" (page 3)

Madonna au Stade de France (Paris - 2012)

  • by
Madonna au Stade de France (Paris - 2012)


Madonna au Stade de France (Paris - 2012)
Changement d’ambiance ensuite avec l’interlude de Justify my love ici remixé par William Orbit. Dans cette vidéo, Madonna campe à nouveau son personnage de Dita qu’elle avait créé pour son album "Erotica" et son livre "Sex". Les danseurs sont grimés en clowns à la sauce freakshow. A la fin du film, Madonna apparaît aussi avec un masque alors que retentissent les premières mesures de Vogue.

Le tableau Masculin/Féminin prend forme ensuite avec les costumes de Jean-Paul Gaultier. C’est un vrai défilé aux couleurs blanches et noires que portent aussi Madonna. Son bustier est inspiré du travail du couturier français pour la madonne dans les années 90. Jean-Paul présent dans la zone VIP peut juger son travail de plus près.

A notre grande surprise ensuite, Madonna revient à son dernier album "Hard Candy" en chantant Candy shop sur lequel elle lâche un petit "Oh la la" qui fait plaisir à son public français. L’atmosphère est plus moite, très jazzy-lounge. Des extraits d'"Erotica" sont ajoutés dans cette version. A juste titre d’ailleurs, car ce qui est donné à voir sur scène est vraiment très proche de cet album. Les couples dénudés se forment, et en particulier celui du duo Ciccone-Zaibat. "Express yourself, don’t repress yourself..." Le jeu de miroir est saisissant sur Human nature, morceau extrait du "Bedtime stories" (1994). Madonna montre alors ses talents de danseuse à l’ancienne, c’est minimaliste mais très réussi !



La chanteuse joue alors à fond la carte de la sensualité, lorsqu’elle retire sa chemise et laisse apparaître son faux tatouage "No fear". Agenouillée devant son pianiste, Madonna chante une version unplugged et surprenante de Like a virgin qui contient des extraits du "Evgeni’s Waltz" d'Abel Korzeniowski.

Au milieu de ses fans, l’artiste se met à nue, au sens propre, comme au figuré, car on apercevra son sein lors de son effeuillage. Un danseur au très beau torse, la rejoint et l’enlace. C’est la Madonna du "Blond Ambition tour" qu’on retrouve là, qui plus est en live complet.

Madonna semble avoir entendu les critiques (millimétrées, robotiques...) faites à propos de ces tournées précédentes. Là, il y a une petite place pour l’émotion, des paroles échangées avec son public, et plus de passages live, tout en conservant les artifices des shows à l’américaine.

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser