Notre article "Madonna au Stade de France (Paris - 2012)" (page 4)

Madonna au Stade de France (Paris - 2012)

  • by
Madonna au Stade de France (Paris - 2012)


Avant le dernier act, place à l’interlude vidéo Nobody knows me avec des images de la star sur lesquelles le réalisateur a collé d’autres yeux et parties de visages, et griphonné sur son visage.

A travers ce film, ceux sont les maux de la société actuelle en matière d’extrêmes religieux et politiques, ainsi que l’homophobie qui sont dénoncés. On y voit d’ailleurs le portrait d’adolescents poussés au suicide car ils étaient gays. Cela parle aux nombreux homos présents ce soir, mais, ce qui fait plutôt parler les médias français, c’est l’image de Marine Le Pen suivie du visage d’Hitler. Ce coup de gueule, comme en fait Madonna à chacune de ses tournées, est diffusé en arrière plan d’une troupe de policiers et de prisonniers qui s’adonnent à des exercices de funambules.



Madonna revient en chaire et en os pour le dernier tableau intitulé Redemption. Elle est superbe dans sa cape et avec ses cristaux Swarovski sur la manche. Entourée de toute sa troupe avec laquelle elle effectue une puissante et parfaite chorégraphie, la chanteuse nous plonge dans un univers futuriste. I'm addicted est le premier morceau de ce tableau et l’un des plus addictif de son dernier album.

Tous addict à la MDNA, nous poursuivons le voyage sur les routes indiennes, un continent où la star ne nous avait encore jamais emmenée lors de ses spectacles. C’est I'm a sinner qui est joué alors que Madonna se trouve sur l’un des trois gros cubes disposés au milieu de la scène. Derrière sa guitare, la chanteuse évolue devant un visuel représentant un temple, dont les couleurs sont rendues floues avec l’effet 3D. Le trio Kalakan vient finir ce morceau en reprenant la chanson Cyber-Raga.

Sur scène, Madonna rejoint le trio auquel vient également s’ajouter une grande chorale, dans laquelle fait parti son fils Rocco. C’est sur Like a prayer que l’histoire se termine en happy-end. Cette prestation nous rappelle le Superbowl, et le chant de sa choriste est si puissant qu’elle vient se défouler près de ses fans.

Devant et sur l’écran, des figures se forment avec les néons blancs sur les premières mesures de Celebration. Ce morceau du best of a été choisi pour clôturer ce spectacle MDNA. Le titre est revu en version technoïde. Cela donne à Madonna l’occasion de mener une chorégraphie endiablée en compagnie de sa troupe de danseurs, casques sur les oreilles et littéralement montés sur ressort. Des extraits de "Girl Gone Wild ont été posés à plusieurs reprises sur ce morceau.

Madonna au Stade de France (Paris - 2012)


Minuit, le Stade de France est transformé en dancefloor géant avec à sa tête Madonna en guise de dj et son fils Rocco au centre de la troupe. Ainsi se termine se spectacle toujours aussi bien mené. Il n’y aura pas de rappel. La star n’en a pas l’habitude et les techniciens ne nous ont pas plongés dans le noir pour nous en faire espérer un.

Nous regagnons le métro, ravis d’avoir assistés à ce spectacle qui nous a montré que Madonna était toujours la Queen of Pop, malgré un album décevant. Nous reviendrons dans cette enceinte en septembre et verrons si sa concurrente, Lady Gaga, saura se mettre au niveau de celle qui cartonne depuis près de 30 ans et que nous avons déjà vu 5 fois sur scène.

Après son passage à Nice le 21 août, elle s’envolera pour les Etats-Unis où elle donnera la seconde partie de cette tournée. L’Amérique du Nord l’applaudira jusqu’au 20 novembre avant qu’elle n’enchaîne sur l’Amérique du Sud jusqu’aux vacances de fin d’année et peut être de nouvelles dates en Australie en janvier 2013.

Setlist


Girl gone wild
Revolver
Gang bang
Papa don't preach
Hung up
I don't give a
Express yourself
Give me all your luvin'
Turn up the radio
Open your heart
Sagarra Jo (par Kalakan)
Masterpiece
Justify my love (interlude)
Vogue
Candy shop
Human nature
Like a virgin
Nobody knows me (interlude)
I'm addicted
I'm a sinner / Cyber-Raga
Like a prayer
Celebration

Madonna au Stade de France (Paris - 2012)


Mise à jour : Lors de son passage à Nice, qui n'affichait pas complet loin de là, Madonna a modifié la vidéo dans laquelle apparaissait Marine Le Pen. La croix gammée a été remplacée par un point d'interrogation. La star américaine a également apporté son soutien au groupe russe Pussy Riot dont 3 membres ont été emprisonnées. Elles ont été condamnées pour avoir donné un concert dans une église de Moscou.

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser