Notre article "Mika à Bercy (Paris - 2010)"

Mika à Bercy (Paris - 2010)

  • by
Mika à Bercy (Paris - 2010)
Nous avions déjà vu Mika sur la scène de l’Olympia (juin 2007), mais nous étions tellement restés sous le charme de ce talentueux jeune homme d’origine libanaise que nous avions envie de le revoir en live. Nous avons donc pris nos tickets pour son concert parisien du 26 avril 2010 (une date a été ajoutée pour le 27 avril), l’occasion d’entendre sur scène les chansons de son deuxième album dans un spectacle plus scénarisé que le précédent.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
18h35. Nous entrons dans la fosse de Bercy. Le public patiente en écoutant des sons rock, trance et des hits de Cheryl Cole et de son ancien groupe Girls Aloud. Les spectateurs découvrent le décor composé de 17 globes blancs installés au dessus de la scène. Une fenêtre y est également suspendue avec un rideau rose.

19h30. Les étoiles scintillent derrière la pleine lune lors du test opéré par les techniciens. Au fond de la scène, de grands tissus noirs couvrent les instruments des musiciens de Mika.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
20 heures. Nous sommes La Patère Rose… en première partie de Mika… pour vous divertir ! nous lance la jeune chanteuse qui vient s’installer derrière son synthé. L’un des 2 jeunes hommes qui l’accompagne s’installe derrière ses platines alors que le second vient se positionner derrière son clavier.

Nous venons du Quebec, de Montréal nous précise t-elle entre deux chansons.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
La Patère rose se sert ensuite d’une chanson pour créer une ambiance. C’est l’objet d’un jeu sur le thème des indiens avec une première équipe composée des filles présentes ce soir à Bercy et l’autre équipe avec les garçons.

Puis, le groupe chante Avec toi dedans, leur meilleur titre de la soirée. Une jolie chanson qu’ils jouent en live mais qu’ils n’auraient pas encore gravé en studio. A 20h25, ils quittent la scène en disant On vous souhaite une bonne soirée avec Mika !

Les fans scandent Mika, Mika, Mika ! tandis que les lumières se rallument dans Bercy le temps d’une entracte.

www.myspace.com/lapatererose

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Durant cette pause, les techniciens retirent les instruments de la première partie. Nous découvrons le premier décor du spectacle de Mika. Celui-ci est composé d’un salon, d’un écran de télévision et d’une lampe. Pendant ce temps, les organisateurs maintiennent l’ambiance dans Bercy en diffusant I gotta feeling des Black Eyed Peas.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
21h05. Deux hommes, suivis d’un 3ème, s’installent dans le canapé sur une musique qui nous transporte dans les années 50. Une femme est également présente dans ce salon… pour faire le ménage. Une femme à la coiffure afro, la batteuse de Mika, la rejoint, un ballon gonflable à la main. Puis, elles se mettent à danser ensemble.

Des images d’archives sont diffusées dans le gros cercle situé au fond de la scène. Les 5 personnes sont installées confortablement pour regarder ces images à la télévision lorsqu’un commentateur prend la parole à l’écran : "Good evening Ladies & Gentleman..." On y voit Mika dans sa tenue de cosmonaute, puis, la fusée décolle.

L’atmosphère s’assombrie ensuite. Nous sommes transposés dans l’espace lorsque retentie une explosion. L’image centrale est brouillée, comme nuageuse, puis toutes les étoiles scintillent jusqu’à l’arrivée d’un cosmonaute dans les airs, sa valise à la main.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
Une fois revenu sur terre, Mika dépose sa valise au centre de la scène, puis retire son casque et le haut de sa combinaison. Torse nu, il quitte la scène ronde par la trappe en emportant sa valise.

Les musiciens commencent à jouer la musique de Relax (Take it easy), tout en sautant derrière leurs instruments pendant cette intro. Mika commence à chanter le titre en coulisses…avant d’arriver en courant au centre de la scène.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Le jeune chanteur a revêtu son jeans noir, sa veste en queue de pie grise et une chemise blanche avec un nœud de papillon dénoué. Les étoiles scintillent derrière lui et tout le public reprend en chœur les paroles de son tube.

Bonsoir Paris ! Bonsoir Bercy ! lance t-il avant d’ouvrir sa valise lorsqu’une voix stridente l’interpelle avant de lui balancer des boîtes à pizzas. Mika enchaîne sur Big girl (You are beautiful) entouré de ses deux guitaristes en costumes à rayures ou à carreaux noirs et blancs. Deux énormes pieds gonflables s’étirent sur plusieurs mètres tout au long de la scène.

A la fin de ce titre, qui rend hommage aux femmes à forte corpulence et indirectement à sa mère, il lance à son tour une boîte à pizza en direction du public. Puis, le chanteur rassure son public au sujet du trac comme pour mieux se rassurer lui-même.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
On va faire des anciennes chansons mais aussi des nouvelles, lance-t-il à ses admirateurs, avant de s’installer derrière son piano droit pour Stuck in the middle, dont la version live, très New Orleans, est excellente avec sa voix qui monte dans les aiguës.

Le jeune prodige monte sur son piano pour chanter mais aussi pour nous faire le meilleur solo de trompette que vous ayez entendu de votre vie... avant de nous imiter le son de cet instrument avec sa bouche. Nous découvrons, à cette occasion, ses élégantes chaussures en strass.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Puis, Mika retourne fouiller sa valise. Il jette des fleurs, donne un parapluie à sa choriste avant de revêtir une veste à plumes très colorée et un chapeau noir. Puis, Mika chante Dr John accroupi durant la première partie avant qu’un visage aux grands yeux se dessine sur l’écran circulaire central. Puis, il se lève. Nous découvrons sa longue traîne alors qu’il évolue toujours dans cet univers constitué de globes et d’étoiles.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
La nouvelle coqueluche des français chante ensuite son titre Blue eyes toujours avec deux traits blancs dessinés sur son visage. Son guitariste et sa choriste l’accompagnent juste devant les images des silhouettes (dont celle du chanteur) qu’on aperçoit sous l’eau et dans les airs.

Après un gros éclair, Mika est toujours sur sa planète. Dans sa chemise blanche, il chante le mélancolique Any other world. A la fin du morceau, il ouvre à nouveau sa valise d’où sortent des confettis. Le charmant jeune homme fait chanter le refrain de cette chanson à son public.

Une voix de diva retentie ensuite. Elle provient de la valise. Lorsque Mika l’ouvre, c’est une femme qui ressort par la petite trappe sur une mélodie jouée au clavecin. Après quelques éclairs, elle se met à chanter un air d’opéra.

Le public connaît bien cet air familier (La Reine de la nuit est un extrait de La flûte enchantée) chanté par cette cantatrice. Mika fait s’asseoir cette jeune femme puis chante Good gone girl, une chanson de son second album, dos à dos avec elle, et sous le regard d’un enfant un peu étrange, que nous voyons en gros plan sur l’écran. Il lui arrache ensuite sa traîne bleue avant de tourner l’un autour de l’autre sous les lumières bleues et roses.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
Après un interlude sur fond de sirènes de police, de bruits de voitures et de courses poursuites, Mika se met au piano et nous précise qu’il va nous "raconter l’histoire de mon ami Billy".
Mika à Bercy (Paris - 2010)
Le visuel rond présente une sucette aux couleurs du rainbow flag sur Billy Brown, sa chanson la plus gay…ou plutôt l’histoire d’un homme marié amoureux d’un autre homme.

Puis, Mika quitte son piano et se rapproche de son public pour, comme lui, balancer les bras en l’air. Le chanteur se rapproche aussi du centre de la scène d’où ressort un bandeau rose et jaune avec l’inscription Billy !

Une créature fait ensuite son apparition sur scène. Elle est menée par plusieurs hommes qui se cachent sous cette tête de dragon qui arpente la scène. Mika gesticule autour en chantant Touches you.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
Les sonorités d’un orgue retentissent dans Bercy. Mika nous précise "Je vais vous chanter une chanson que j’ai enregistré une semaine après mon quinzième anniversaire dans un garage avec des amis qui sont là dans la salle quelque part".

Il s’agit du morceau Over my shoulder qui figure à la fin de son premier album en titre bonus. Discrètement accompagné de sa choriste qui est restée au centre de la scène, Mika nous tient en haleine avec sa voix haut perchée dans cette interprétation tout en émotion que le public écoute religieusement.

Mika prend son parapluie argenté et continue dans le registre de l’émotion avec I see you. A chaque fois qu’il ouvre son parapluie des confettis en tombent. Il se met à nouveau debout sur son piano. Sur cette chanson, l’écran rond qui représente une pleine lune disparaît en descendant tandis que les globes remontent au dessus la scène.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika reprend sa valise avant de l’ouvrir sur une mélodie classique. Il en ressort un livre à dessins. Le grand écran reproduit ses œuvres en temps réel sur une chanson de Barbara qui fait :
De Shanghaï à Bangkok sur une coque de noix,
Sydney à Caracas les jours qui passent sans toi,
Traînant de port en port l'ennui à bord le bourdon,
Je repense au retour dans quelques jours c'est long,
C'est pour toi ma jolie que je suis sorti vainqueur…

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Cette chanson française s’interrompt lorsqu’un méchant personnage débarque à son tour. Des brides de "We are golden" sont insérées pendant que Mika tente de se défaire de cette créature.

La scène est alors désertée. L’introduction de Rain débute avec le vocal du chanteur pendant que celui-ci se change en coulisses. Son visage apparaît sur l’écran en infrarouge, comme dessiné sur le cahier.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
Quelques minutes après que cette introduction n’ait commencé, Mika réapparaît par la petite trappe après avoir enfilé une nouvelle tenue blanche en coulisses ainsi qu’un t-shirt à rayures rouges. Mika se déchaîne sur ce remix trancy et lance un "Paris, est ce que vous êtes prêts ?" dans le break de cette version trance. Le visuel retranscrit des gribouillages noirs et blancs dessinés sur ce même cahier.

"Pour les gens qui nous ont vus au Trabendo... Merci ! Pour les gens qui nous ont vus à l’Olympia... Merci ! Pour les gens qui nous ont vus au Zénith… Merci ! Pour les gens qui nous ont vus au Parc des Princes... Merci ! Mesdames et Messieurs... On est à Bercy ! Ca c’est la salle de mon enfance... et ce soir, c’est notre fête !" lance Mika à un public conquis d’avance.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika nous donne le rythme sur l’introduction de Blame it on the girls. Tout le monde tape des mains. Le morceau commence en acoustique avec des personnages en noir et blanc, dessinés sur le cahier. Puis, lorsque les musiciens se mettent à jouer, les personnages, silhouettes et visages virent au Pop art sur l’écran.

Entouré de ses 2 choristes, Mika entame une petite chorégraphie au centre de la scène pendant que le public reprend en chœur le refrain du dernier single de l’artiste.

Sur les premières notes du titre Happy ending, Mika nous présente son équipe composée d’un bassiste, de son clavier, de son guitariste et de ses choristes. Et voilà c’est tout ! Le public a compris la blague et siffle le jeune homme. Mika présente alors sa batteuse, puis, chante ce morceau figurant sur son premier album.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Un défilé plutôt morbide prend place sur la scène. Il est composé de multiples personnages qui, dans leurs tenues fluos, se déplacent sur une musique sombre. Des croix sont accrochées tout autour de la petite scène ronde. Au centre, c’est un arbre noir qui est planté.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika reste seul à genoux au pied de cet arbre. De la neige tombe sur lui avant qu’il ne commence à chanter Love today. Il termine le morceau entouré de ses musiciens et choristes mais le personnage est dans une phase sombre et de folie car il se met à tirer sur tous les membres de son équipe, un à un. Le public manifeste son désarroi alors que Bercy est plongé dans le noir. Il retourne son arme fictive contre lui.

"Bercy ? Est-ce que mon public est en forme ? C’est Mika, je suis mort... Je compte jusqu’à 3 et tout le monde saute ! Bercy est plongé dans le noir. 1 ! 2 ! 3 ! Sautez ! ...et tout le monde se relève pour la reprise de "Love today".

Le spectacle reprend ensuite alors que l’écran présente le visuel de son EP "Songs for sorrow" qui nous a montré une facette plus sombre de Mika, en mettant en scène des crânes notamment. Dans ce disque qui contient 4 chansons, Mika avait confié à plusieurs dessinateurs le soin d’illustrer ce livret.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika chante We’re golden dans une version un peu plus psyché que celle présente sur son second album : The boy who knew too much. Le public reprend en chœur ce refrain alors qu’un nuage de confettis dorés s’étend sur les spectateurs de la fosse. A la fin, Mika reprend sa valise avant de s’enfuir en courant laissant les musiciens clôturer le morceau.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Mika revient ensuite sur scène pour nous présenter sa marionnette. Le chanteur, qui a vécu 8 ans en France durant son enfance, évoque sa ressemblance mais plaisante en disant que C’est assez étonnant parce que ce soir il a l’air un peu content… Il était supposé me ressembler mais je le trouve un peu mort.

Mika à Bercy (Paris - 2010)
Après avoir déposé sa marionnette sur son piano, Mika s’installe sur son clavier avant de commencer a cappella Toy boy, un très beau morceau. Celui-ci est cependant plus sombre que ceux présents sur son premier Life in cartoon motion qui avait pour univers l’enfance heureuse. Il faut dire que son second album The boy who knew too much évoque l’adolescence une période où on découvre les difficultés de la vie.

Mika termine la chanson au centre de la scène en tenant sa marionnette par les pieds, la tête en bas. Les crânes squelettiques de la pochette de l’EP Songs for sorrow restent affichés derrière la scène.

Mika chante ensuite l’un de ses premiers succès Grace Kelly dans une version alternant le français et l’anglais. Il bouge aussi beaucoup sur ce morceau dans sa veste blanche maculée de tags colorés. Au final, il s’approche de ses musiciens et choristes, puis, ils s’agenouillent tous pour saluer le décollage de la fusée.

Avec son équipe, l’américano-libanais tape ensuite sur des poubelles comme les Tambours du Bronx pour introduire Lollipop.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


Un squelette géant avec un chapeau noir et un foulard rouge entre en scène pour danser derrière eux.

Peu après, c’est le groupe de figurines fluos qui signe son retour sur la scène de Bercy. Ces personnages colorés, mais aux visages inquiétants, déboulent sur scène pour participer à ce final complété de jets de confettis, de cotillons et de gros ballons sur toute la fosse.

Mika communique une dernière fois avec son public réuni à Bercy : "Merci, de la part de tout le monde... sur la scène ce soir. C’est un honneur d’être ici avec vous... Merci ! Mais, on ne va pas quitter sans faire du bruit... On veut que Paris entende 17 000 personnes !".

Après son décompte 1.2.3, tout le public reprend les "Ooh ooh... Lollipop" pour un dernier délire. A 23 heures, Mika quitte la scène en remerciant son public alors que Kick ass son nouveau morceau produit par le producteur de Lady Gaga (Red One) est diffusé. Il s’agit de la bande originale du film du même nom.

Mika à Bercy (Paris - 2010)


www.mikasounds.com
www.mikawebsite.com

Apprenez-en plus en visitant les liens ci-dessous
Site officiel de Mika
Site sur Mika
Site de l'Accor Hotel Arena

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser