Notre article "Depeche Mode à Bercy"

Depeche Mode à Bercy

  • by
Depeche Mode à Bercy
Depeche Mode à Bercy
Après leur passage au Stade de France en juin 2009, Depeche Mode retrouve Bercy les 19 et 20 janvier 2010 toujours dans le cadre de leur tournée mondiale Tour of the Universe. Le groupe anglais a déjà donné plusieurs concerts, lors de leurs 8 dernières tournées (1986, 1987, 1990, 1993, 1998, 2001, 2006, 2010) dans cette salle. Leur Exciter Tour a d’ailleurs été filmé à Bercy et est sorti en DVD en 2002 sous le nom One night in Paris.

Nous apprécions leurs tubes depuis que nous les avons découverts en 1997 et, Depeche Mode fait désormais parti de nos groupes de rock préférés (Red Hot Chili Peppers, Metallica, Garbage, Cranberries, Skunk Anansie…). C’est donc avec une certaine curiosité que nous avons souhaité voir ce que donne ce groupe sur scène. Nous sommes donc allés voir leur Tour of the Universe à Bercy.

Depeche Mode à Bercy
Nitzer Ebb, le groupe qui assure la première partie, débarque sur scène à 19h45. Sur le premier titre, deux chanteurs investissent la scène accompagnés d’un batteur. Nous découvrons ce groupe de rock avec ce premier morceau au beat rapide. Le chanteur principal porte une cravate et des lunettes de soleil, tandis que le second porte un béret et des bretelles.

Toujours disposé devant l’écran plat, surplombé d’un globe sur lequel seront également projeté des images, Nitzer Ebb entame le second titre. Le membre du groupe qui porte un béret s’installe derrière ses percussions. Il était juste venu donner un coup de main au chanteur principal pour le morceau d’ouverture.

Depeche Mode à Bercy
La 3ème chanson est la première à avoir un son proche de celui de Depeche Mode, en plus industriel et avec sa mélodie larsen. Toujours bogosse avec ses lunettes de soleil, le chanteur se déhanche en chantant. Puis, il retire sa veste et laisse apparaître sa chemise blanche sur le 4ème titre qui à des sonorités proche de la new wave qui rencontrerait les années 2000.

Le quadra a de l’attitude avec ses cheveux gominés sur le 7ème titre qui est plus electro. Le germano italien enchaîne avec un 8ème titre plus speed avant de repartir sur une dernière chanson plus cool mais toujours pleine d’énergie. A vrai dire, leur style musical ne nous transporte pas vraiment. Même si cela a passé vite, nous ne sommes pas gênés quand, à 20h25, Bercy se rallume pour laisser place à une pause de 30 minutes.

Depeche Mode à Bercy
L’écran géant situé sur la scène de Bercy, complet pour la deuxième soirée de suite, se rallume. Durant 5 minutes, les initiales DM tournent dans la boule écran alors que les sonorités électroniques continuent de chauffer la foule.

21h. L’écran géant s’illumine de blanc. Une illusion est créée comme si la fumée sortait du globe durant l’arrivée des deux musiciens et des 3 membres de Depeche Mode. Martin Gore entre en premier sur la scène, tandis que le globe devient rouge. A l’intérieur, un personnage marche de façon continue durant tout le titre qui débute par une longue nappe musicale.

Dave Gahan tourne le dos aux spectateurs sur l’introduction de In chains. Plutôt lent, ce titre ouvrait aussi leur dernier album sorti en 2009 : Sounds of the universe (éponyme du nom de cette tournée).

Depeche Mode à Bercy
Depeche Mode à Bercy

Le premier visuel représente deux personnes : un enfant et un vieux monsieur. La technologie du morphing fait rajeunir le vieil homme blanc alors que le garçon noir vieilli. Avec cet effet technique, les deux personnages deviennent progressivement l’un et l’autre en inversant leur position du départ.

Depeche Mode à Bercy
A la fin de ce premier morceau, Dave retire sa veste noire. Il se présente désormais au public dans sa tenue de scène favorite : un petit veston noir sans manche qui laisse apparaître ses bras tatoués. Martin Gore est toujours à ses côtés dans un costume gris brillant et sa guitare à la main sur le titre suivant Wrong.

Depeche Mode à Bercy
L’écran géant diffuse l’image du concert en direct, nous découvrons le visage de Dave en gros plan. Un effet transforme les images live en bleu et blanc. L’écran s’ébloui en rouge à chaque fois que le chanteur prononce le nom de la chanson.

Depeche Mode à Bercy
Le troisième titre joué par Depeche Mode est Hole to feed.

Les trois premières chansons du concert sont d’ailleurs les trois premiers morceaux de leur dernier album. Le visuel qui illustre ce titre est composé d’images rouges et jaunes montées en live de façon psychédélique.

Depeche Mode à Bercy
Le public de Bercy est ensuite transporté dans un désert blanc que survole un corbeau noir. Le globe situé en haut de l’écran montre, en gros plan, un œil perçant comme si Bercy était sous la surveillance du corbeau.

Les anglais chantent alors leur tube de 1993 Walking in my shoes avec Martin Gore qui assure toujours quelques vocaux. Dave demande si "ça va" au public. Les deux compères semblent s’éclater ; l’un avec sa guitare, l’autre avec son pied de micro.

Dave Gahan, totalement dans la chanson, tournoie sur scène. Martin saisi une nouvelle guitare, en forme d’étoile, sur le titre It’s no good, superbe extrait de l’album Ultra. Ce disque de 1997 est celui de la renaissance pour le groupe après les déboires de Dave Gahan avec la drogue. Retour à Bercy où l’écran est divisé en 4 parties qui projettent simultanément les mêmes images des visages des membres du groupe britannique.

Depeche Mode à Bercy
Depeche Mode à Bercy


Depeche Mode à Bercy
Pour A question of time, aucun visuel n’est diffusé mais la lumière d’une dizaine de projecteurs traverse l’écran en direction du public. Dave est toujours aussi dynamique avec son micro à pied et nous laisse apercevoir son torse, son veston, argenté dans le dos, est ouvert. Martin, lui, joue avec sa guitare rouge la mélodie accrocheuse de ce titre, tandis que le public frappe des mains.

L’écran nous présente ensuite une lettre en cours d’écriture à la machine. Elle évoque les différentes religions sur le tube Precious, de l’album Playing the angel. Les deux hommes se mettent dos à dos durant le solo de guitare.

Depeche Mode à Bercy


Après deux secondes de pause, Dave interprète le très pop World in my eyes de l’album Violator. Martin assure aussi quelques voix derrière son clavier. Ce sera la première fois de la soirée que Dave ira chanter sur la passerelle pour se rapprocher de ses fans présents au POPB.

Puis, Dave Gahan rejoint les coulisses pour laisser seul Martin Gore chanter Freelove avec sa guitare en bandoulière. Il ne sera accompagné que de son claviériste lors de ce morceau. L’écran géant diffuse en deux parties les images de Gore inversées et en noir et blanc.

Martin Gore est un peu l’homme de l’ombre de Depeche Mode car, même s’il est l’auteur-compositeur principal du groupe, il ne chante que sur quelques chansons du groupe. En solo, l’homme a sorti deux albums de reprises : Counterfeit 1 (1989) et Counterfeit 2 (2003).

Depeche Mode à Bercy


Depeche Mode à Bercy

La scène est éclairée tout en rouge à l’exception de l’image de Martin Gore qui apparaît en blanc sur l’écran. Le chanteur est toujours au micro pour Home dans une version aussi épurée et émouvante, que les fans reprendront en chœur (ooooh oooh….) jusqu’au retour de Dave Gahan sur scène. Le leader remercie d’ailleurs son complice Martin, sans lequel ce groupe mythique ne serait rien.

Mais, revenons aussi sur la carrière solo du charismatique Dave Gahan. Il a sorti 2 albums en solo Paper Monsters (2003) et Hourglass (2007) qui lui ont permis de s’affranchir du talentueux Martin Gore.

Le show reprend avec, sur les écrans, une pluie d’étincelles qui entoure l’atlas mondial rotatif durant le titre Miles away/The truth is. Un titre (issu de leur dernier album) plutôt calme mais qui n’empêchera pas Martin de saisir sa guitare spéciale platine dj. Quelques passages de "I feel you" sont fondus avec le précédent titre pendant que le duo se prosterne devant la batterie.

Depeche Mode à Bercy
Depeche Mode à Bercy


Depeche Mode à Bercy
Le morceau titre suivant démarre justement à la batterie sur un visuel blanc. Mais, cela ne manque pas de couleurs car le globe représente une bonbonnière. Les bonbons s’échappent un à un du récipient au fur et à mesure qu’avance la chanson Policy of truth au son très 80s. La boule est vidée petit à petit et quelques (vrais) ballons tombent sur la fosse.

Depeche Mode à Bercy
Le morceau suivant est plus rock et oppressant. Il s’agit de In your room qui est extrait de leur album de 1993 : Songs of faith and devotion. Durant la première minute, un grand bandeau rouge est représenté sur la partie inférieure de l’écran avant d’être complété sur la partie supérieure par des images live également rouges.

Martin prend cette fois sa guitare verte pour un autre moment de rock’n’roll, lorsque le groupe enchaîne avec I feel you. Les images diffusées sont filmées live mais retraitées en bleu et blanc. L’énergie est totale sur scène mais aussi pour les fans qui connaissent ce morceau et reprennent en cœur les "I feel you".

Depeche Mode à Bercy
Bercy est replongé dans la pénombre quelques secondes... avant de laisser place à un fond bleu que vont parcourir des personnages en combinaisons blanches de cosmonautes. Il est temps de ce qui restera comme l’un des plus gros tubes de Depeche Mode Enjoy the silence. Ce titre dont la version originale date de 1990 a été remixé en 2004 à l’occasion de la sortie de leur album Remixes 81-04.

Depeche Mode à Bercy
Dave revient pour la seconde fois sur cette passerelle autour de laquelle s’est agglutiné toute une foule de fans. Le visage du trio apparaît un à un, à la place de celui des cosmonautes, et notamment celui d’Andrew Fletcher, troisième membre du groupe qui officie aux claviers depuis les débuts du groupe.

Depeche Mode à Bercy
Le prochain titre a être joué est Never let me down again. Il est illustré par des images blanches où l’on voit les artistes sous des éclairages rouges. Dave est toujours aussi à l’aise lorsqu’il chante avec son pied de micro qu’il ne reposera qu’au milieu du titre pour se mettre torse nu sous les cris des fans. L’écran diffuse les superbes images du public parisien qui balance des bras de gauche à droite tandis que Dave revient faire un petit tour sur la passerelle.

C’est l’occasion de quelques minutes de pause avant que Martin Gore ne revienne, suivi de son claviériste, pour interpréter la ballade Dressed in black toujours dans une version quasi acoustique. Des lumières roses éclairent le grand écran alors que l’image du visage de Martin Gore est diffusée dans le globe.

Dave Gahan revient durant les longs applaudissements que les fans offrent à Martin Gore, ainsi que les oooh oooh de la chanson. Puis, il présente ce dernier ainsi que les trois autres musiciens. Dave chante ensuite Stripped dans son marcel noir qu’il a revêtu en coulisse.

Le morceau est illustré par une répétition de la même image. Celle-ci commence par un plan du micro, puis de celui du visage de Dave avant de dézoomer sur les visages des autres membres du groupe.

Depeche Mode à Bercy
Après un morceau sombre et lancinant, Depeche Mode passe à un titre electro Behind the wheel. Il s’agit d’une version différente de l’originale sortie en 1987. L’illustration est également sublime avec un immense quadrillage rouge et noir.

La dernière chanson du concert est un hymne de Depeche Mode. Il s’agit de Personal Jesus, un titre extrait de l’album Violator qui date de 89. Ils ont mis une ambiance folle dans Bercy avec une version live toujours aussi bluesy.

Depeche Mode à Bercy

Sa mise en image nous a rappelé les publicités pour l’iPod avec les différents fonds qui changent de couleur. Ici, les silhouettes féminines alternaient avec celles des membres de Depeche Mode.

Dave Gahan revient une dernière fois sur la passerelle, puis présente les musiciens. Les cinq hommes se rassemblent ensuite pour saluer leur public qui les acclame et leur est fidèle depuis les années 80.

Les rockeurs anglais quittent la scène alors qu’un dernier petit visuel nous laisse croire à un nouveau rappel. Mais, il n’en sera rien. Bercy s’éclaire et les 15 000 spectateurs doivent retrouver les températures hivernales. Il est 23 heures et les fans commencent aussitôt à s’échanger leurs avis. Le notre est le suivant.

Depeche Mode à Bercy
Depeche Mode nous a offert un beau moment. Le spectacle était réussi ; aussi bien dans le choix des chansons interprétées que dans la mise en scène et le professionnalisme du groupe qui parcourt les scènes depuis 30 ans.

Il nous a manqué les tubes I feel love, Shake the disease, Only when I lose myself, Just can’t get enough et Master and servant mais nous avons découvert les morceaux World in my eyes et A question of time. Les visuels étaient également réussis et dignes des plus grands shows que nous avons vus dernièrement.

Pour info, le Tour of the Universe a débuté au Luxembourg en mai 2009 avant d’arpenter toute l’Europe, l’Amérique du Nord et du Sud. Après un retour en Europe à l’automne, cette tournée mondiale devrait se terminer fin février 2010 en Allemagne. Le concert parisien a été filmé mais c’est la captation du concert donné à Barcelone qui devrait sortir en DVD.

www.depechemode.com
http://strangemode.over-blog.com

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser