News sur "Look back, don’t stare, le documentaire de Take That"

Look back, don’t stare, le documentaire de Take That

  • by
Look back, don’t stare, le documentaire de Take That
La maison de disques Universal et le fan Club français de Take That nous ont gentiment conviés, le 22 novembre, à la projection du documentaire Look back, don’t stare, dont le DVD sortira le 6 décembre 2010.

Ce film d’1 heure 30 minutes, en noir et blanc, montre le processus de création du nouvel album de Take That, Progress, et convie les spectateurs dans l’intimité du groupe, qui doit tout remettre à plat pour ne pas voir ressurgir leurs problèmes passés et ceux qu’ils affrontent actuellement.



Look back, don’t stare, le documentaire de Take That
Tout commence en septembre 2009, soit 14 ans après le départ de Robbie Williams. Les Take That au grand complet se retrouvent, en secret, dans le studio Electric Boy de New York. Nous vivons la chronologie de leurs retrouvailles, mais aussi à travers leurs nouvelles compositions que l’on peut découvrir dans le même ordre qu’elles figurent sur le disque.

Au long de ce Look back, don’t stare, nous voyons les Take That à huis-clos, dans un studio de Los Angeles avec leur assistant Ryno et à Londres, ensuite, avec le célèbre producteur Stuart Price.

Chaque membre travaille mais surtout confesse ce qu’il a sur le cœur. Tout y est évoqué et remis à plat, de la jalousie entre Robbie Williams et Gary Barlow, du comportement infernal de Robbie avant que les autres le conduisent à quitter Take That en 1995, en passant par la cure de désintoxication (drogues et médicaments) de Robbie en 2007, puis celle de Mark Owen en 2010 qui lutte contre ses problèmes avec l’alcool.

Look back, don’t stare, le documentaire de Take That
Les flashbacks montrent le succès du groupe anglais depuis qu’un "manager nous a collés tous les 5 ensemble après notre audition dans un club gay de Manchester". Au gré des interviews, ils expliquent comment ils ont vécu cette hystérie ; sans oublier le succès solo de Robbie Williams... et ses conséquences pour Gary Barlow dont la carrière ne décolle pas. Il subit alors les attaques publiques de Robbie et les non moins violents quolibets d’une partie du public.

Au début du film, Gary confesse qu’"Il sera toujours difficile pour moi de travailler avec Robbie". Leur objectif est donc de surmonter ces problèmes mais leur amitié reste fragile. Robbie Williams, qui ne veut plus enregistrer seul, ni faire de tournée solo, fait d’ailleurs un nouveau volte-face fin 2009. Il prend peur de s’engager pour un an et revient sur sa décision de réintégrer le groupe.

Look back, don’t stare, le documentaire de Take That
Après une médiation assurée par Mark Owen, Robbie Williams est de retour en studio avec le groupe. Dans ces moments de création, chacun apporte ses idées et doit les défendre devant les autres. Lors d’une séance, Robbie insiste sur un vers. Il explique sa vision du morceau mais doit convaincre les autres...sans que l’ego de chacun ne reprenne le dessus.

Au gré de ces moments de vérité, le groupe "progresse" et enchaîne les sessions d’enregistrement. Il y a d’autres moments forts comme la visite en studio d’Elton John (naturel, en jogging), la partie de football avec les Take That au grand complet, leur entrevue expresse de novembre 2009 pour le concert caritatif "Children In Need Rocks The Royal Albert Hall"...jusqu’à la confirmation du retour du quintet le 15 juillet 2010 et la sortie de Progress en novembre 2010 après avoir vendu plus d’un million de places pour leur tournée de 2011.

Les membres de Take That le disent tout au long du film "Il fallait qu’on compose ensemble un nouvel album pour réapprendre à se connaître". Ce nouvel album, c’est Progress...et il est vraiment bon !

Look back, don’t stare, le documentaire de Take That


(photos : Bryan Adams)

Liens :
www.takethat.com
www.robbiewilliamslive.com
www.take-that.fr

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser