Notre article "LaDiva Live et Lara Fullcamp au Diva's Kabaret (LaDiva Live)

LaDiva Live et Lara Fullcamp au Diva's Kabaret

  • by
LaDiva Live et Lara Fullcamp au Diva's Kabaret
Tous les week-ends, LaDiva Live et Larafull Camp montent sur la scène du Diva's Kabaret, une salle atypique en plein coeur du Marais.

Si vous n'avez jamais vu LaDiva Live c'est l'occasion ! Son répertoire va de Piaf à Céline, en passant par Kate Bush, Eurythmics, une artiste à la voix divine !

Et Larafull Camp saura vous divertir avec ses interprétations hors normes.

Le 3 décembre 2021, nous avons passé la soirée au Divas Kabaret, le cabaret ouvert dans le Marais (Paris) en octobre 2019.

21 heures, nous prenons place dans l’établissement de la rue des rosiers, où la clientèle du restaurant termine son repas. Le lieu intimiste affiche complet avec une cinquantaine de personnes (gays mais pas que !), dont cinq américains.

LaDiva Live et Lara FullCamp sont programmées ce soir. Il manque la pianiste Sweety Bonbon et l’hôtesse d’accueil et chanteuse Martine Superstar que l’on retrouve ici certains week-ends. Récemment et exceptionnellement, le lieu reçoit des guests, tels que Leona Winter et Yvette Leglaire.

21h40. LaDiva Live fait son entrée sur la petite scène et interprète Cheek to cheek de Fred Astaire. C’est un titre repris en 2014 par Lady Gaga et Tony Bennett. Ce soir, l’artiste belge nous interprète superbement cette chanson et est élégante dans sa tenue noire à frou-frou.

C’est au tour de Lara FullCamp de venir se produire sur la petite scène parisienne. Son registre est totalement différent de celui de sa prédécesseur, le sien est plus burlesque surtout et donc plus comique. Dans sa tenue de tyrolienne, Lara est pleine d’énergie et très habile en playback même sur ce yodel.

LaDiva Live revient pour nous interpréter deux grands classiques : "Imagine" de John Lennon, et "Over the rainbow" de Judy Garland.

Lara FullCamp s’attaque maintenant au "It’s all coming back to me now" de Celine Dion, dans une nouvelle tenue disco, noire et dorée. Son art est très visuel. Ses mimiques font beaucoup rire l’assemblée, tout comme les bips qui retentissent sur certains mots.



22h35. Après un entracte de vingt minutes, Lara FullCamp vient performer sur les plus grands tubes d’Edith Piaf principalement et à un rythme effréné. Tout d’abord, nous avons droit à "L’hymne à l’amour", à "Thriller" de Michael Jackson étrangement ici, à nouveau deux titres de Piaf ("Mon dieu" et "Les cloches sonnent"), mais aussi "L’école est finie" de Sheila. Ce n’est pas fini puisque revoilà Piaf ce soir et son hymne "La vie en rose", pendant lequel Lara FullCamp pose ses fesses sur les genoux d’un homme dans le public, avant de nous faire rire encore avec son playback sur un extrait de film (non identifié).

LaDiva Live aussi aime chanter du Piaf. Elle interprète avec talent un titre de 1959 que tout le monde connait (« Milord »). Toujours dans son tailleur noir, serti d’une large ceinture rouge, elle reprend Annie Lennox avec Keep young and beautiful, ou plutôt Eddie Cantor pour la version originale dans les années 30.

Lara FullCamp vient grimée en Whitney Houston pour son tube “I’m every woman”. Cela chante très faux ensuite sur « I will always love you » mais le playback de Lara FullCamp porte sur une séquence live tirée d’une vidéo. Une jeune chanteuse y massacre ce tube de Whitney Houston / Dolly Parton et, avec les grimaces de l’artiste belge, le numéro est très drôle. Après une rapide vocalise avec les « la la lala » de « La mélodie du bonheur », cela repart de plus belle sur le « I will always love you ».

LaDiva Live revient et chante cette fois en espagnol, et c’est le Piensa en mi de Luz Casal qu’elle a choisie pour nous.

« J’fais pas la trav’lote, j’porte pas de robe à paillettes bon marché » lance LaDiva Live avec humour à l’intention de sa complice qui a « une tête de Danielle Gilbert et un corps de Casimir ! ». Le public est hilare.

Photos de la soirée au Diva's Kabaret




Il est 23h20 lorsqu’après un autre entracte de 20 minutes, LaDiva Live nous la joue disco avec le Don’t leave me this way de Jimmy Sommerville / The Communards. Dans sa robe de soirée rouge, elle est décidée à nous faire participer à cette séquence disco.

Lara FullCamp chante une autre grande diva. Cette fois, c’est Mariah Carey et son « All I want for Christmas is you”. La diva américaine est éméchée/ivre dans sa performance live qu’a défrichée l’artiste pour faire son playback (Palm Springs 2010 ? ou Times Square New York 2016 ?). Dans sa robe dorée et rose disco, Lara sniffe un peu de poppers puis vient danser sur cette même chanson, en version speedée, dans l’allée du Divas Kabaret.

LaDiva Live vient l’aider avec sa robe et se prête ensuite à une petite imitation a cappella à la demande. Le public venu s’enjailler dans ces vieilles caves voutées lui demande d’imiter Vanessa Paradis et Mylène Farmer ce qu’elle fait avec le sourire tout en précisant qu’elle préfère les « vraies » chansons/chanteuses.

La préférence de LaDiva Live va au Karma chameleon de Culture Club et au Sweet dreams d’Eurythmics, dans cette séquence 80s conclue avec ses remerciements pour l’accueil du public.

Lara FullCamp remonte un peu plus loin dans le temps et reprend Dalida avec son très music-hall « Comme disait Mistinguett ». Ce morceau est vite interrompu par « Tout nu et tout bronzé » (de Carlos) avant de retrouver la reine française du disco avec un « Ils ont changé ma chanson » de circonstance.

Lara FullCamp, toujours en tenue disco boule à facettes, nous fait festoyer sur le « Alors on danse » de Stromae avant de revenir à Dalida, cette fois avec « Mourir sur scène ». Mais, la transformiste n’en reste pas là car son medley se poursuit avec « Gigi l’amoroso » en version Elie Kakou, et avec « It’s you in the shadow » (Là-bas dans le noir en anglais). Puis, la ballade « Il venait d’avoir 18 ans » est à son tour interrompue par le « You can leave your hat on » de Joe Cocker. Le medley Dalida se termine avec « Laissez-moi danser » totalement revisité en electro/EDM/ shuffle.

LaDiva Live et Lara FullCamp se font applaudir respectivement par le public qui les apprécie beaucoup. Les deux artistes-fans de la môme Piaf poursuivent avec son « Non, je ne regrette rien ».

Il est 23h55 lorsque les deux artistes quittent la scène sur le « Single ladies (put a ring on it) » de la grande Beyoncé à laquelle elles ne sont pas encore vraiment attaquées.

Nous avons passé un bon moment au Divas Kabaret où nous avons pu voir des performances différentes, mais bien équilibrées.

Plus d'infos : https://divas-kabaret.fr/

Vos réactions / commentaires

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser