Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)

  • 19/09/2018
Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)
Nous avons remporté des places à un concours nous permettant d'assister à "Apple Music presents Chris" le 13 septembre 2018.



Après le succès international de son premier album, "Chaleur humaine", nous avons voulu voir sur scène le phénomène de la pop alors que son second disque "Chris" sort le 21 septembre.

On ne dit pas non à une telle offre de la marque à la pomme, qui vient d'annoncer le lancement des iPhone Xr, iPhone Xs, iPhone Xs Mas (à 1259 € !) et de l'Apple Watch Series 4.

C'est un comble pour une soirée organisée par la marque de téléphone, la plus prestigieuse au monde, mais les nôtres ont été enveloppés dans une house nous empêchant de les utiliser, de photographier notamment.

C’est à la Salle Pleyel qu’"Apple Music presents Christ" se déroule. Rénovée en 2006, cette salle est située près du Parc Monceau à Paris et contient environ 1 900 places assises. La quasi-totalité du public a des places avec accès prioritaire, sauf quelques-uns qui n'entreront qu'en cas de désistements...

21h15. La voix off nous précise que dès l'issue de la projection (du film) le concert commencera. Chris(tine and the Queens) proposant une mise en scène théâtrale, elle ne pourra pas interagir avec le public comme elle le fait habituellement en concert.

Apple procède à la captation par plusieurs caméras comme pour un show télé. Les fans du monde entier pourront voir le documentaire dès demain sur Apple Music. Le film de la soirée (concert) sera quant à lui disponible à la fin du mois de septembre sur Apple Music.



Rien ne sera plus comme avant ! précise d’emblée Chris(tine) and the Queens. L’artiste française que l’on voit simultanément danser avec deux danseurs, explique en anglais le processus créatif ayant abouti à ce qu’elle devienne Chris, pour ce projet tout du moins.

Au cours de ces douze minutes arty, Héloïse Letissier se définie en tant que "queer person" et explique ses convictions féministes dans la société actuelle. Avec cette nouvelle identité, elle entend lutter contre la définition de la féminité donnée par les médias.

De ce postulat est né "Chris", qui est à la fois, un disque d’amour, de crise, de risque, de provocation, mais aussi politique... tout en précisant que cet opus est, en fait, plus drôle que le précédent. "Chris" est un disque qu’elle a produit et dans lequel elle s’est totalement impliquée.

Christine/Chris ne veut pas faire de la danse d'entertainment. Elle veut avoir la liberté de danser, que les gens ressentent… C’est vital pour elle en tant qu'artiste.

Le générique de fin du film documentaire défile au son de "Girlfriend", la version anglaise de son titre "Damn, dis-moi" enregistré avec le musicien funk américain Dâm-Funk.

Il est 21h25 lorsque le court-métrage (visible de tous sur Apple Music dès demain) se termine et que commence le concert de Chris.



Il est 21h25 passées lorsque Chris apparaît dans le décor reconstitué d'une grande salle de danse (barre horizontale, ventilo, vestiaire…). Dès le premier titre, l’inédit "Comme si on s'aimait", l’artiste danse avec énergie en compagnie de sa bande de six danseurs. Cinq rangées de néons sont au-dessus d’eux, comme dans la scénographie de sa première tournée.

  • Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)


Pas de relâche, Chris(tine) enchaîne sur "Damn, dis-moi" en français. Il s’agit du premier single de son deuxième album. Pour la petite histoire, le titre "Damn, dis-moi" a été composé à partir de boucles libres de droit de Logic Pro, un logiciel audio d’Apple. Face aux critiques, l'artiste a reconnue avoir pris le risque d’utiliser ces boucles pour construire son morceau, tout en réfutant un plagiat. En effet, à cette base musicale, ont été ajoutées ses propres propres paroles, sa mélodie de chant et ses arrangements.

On aperçoit ses musiciens là-haut, derrière un voile légèrement transparent.

Après un bisou furtif avec sa danseuse, Chris passe derrière le décor avant de revenir au centre de la scène, toujours dans sa large chemise rouge, son pantalon noir et ses baskets blanches.

Le spectacle repart avec 5 dollars, un titre dévoilé mi-août, avec une Chris(tine) masculine dans le clip, et sur lequel sa voix est bien en place. Sur cette chanson aérienne, interprétée en anglais, ses danseurs agitent leurs corps autour d'elle. Les derniers rayonnent autour de Chris en courant, avant de disparaître un à un.

Deux filles, dont une black au crâne rasé, dansent autour de Chris, avant l’arrivée des autres danseurs, sur un autre morceau inédit "Follarse". Visuellement c’est puissant avec les lumières rouges, et prenant musicalement.

La musique et les lumières s’éteignent lors d’un très court break, puis la musique repart et nous donne l’impression d’être maintenant dans un jeu vidéo.

Ses danseurs font une chorégraphie au ralenti, et elle aussi, sur cette belle production, incisive dans la construction. Sur ce tableau, on pense au Radeau de la Méduse, l’oeuvre de Théodore Géricault, "L’étranger (voleur d'eau)".

Nous cafouillons peut-être sur l’ordre de ces derniers titres. Tous étaient cependant réussis et dans un registre mélangeant le funk et l’électro-pop minimaliste. "Goya" a également été joué en interlude.

Sur "Doesn't matter (Voleur de soleil)", la performance du danseur black, aux mouvements rapides, nous rappellent le film "Rise" de David Lachapelle. Juchée sur une chaise, Chris(tine) chante tout en puissance, et le laisse danser.

Chris(tine) clôt sa performance théâtrale avec le deuxième extrait de l’album "Chris", à savoir le single La marcheuse qu’elle a dévoilé récemment. La danse est à nouveau au rendez-vous à la Salle Pleyel. Après s’être retirée rapidement derrière la scène, l’artiste revient sous les applaudissements d’un public enjoué. La chanteuse salue ses musiciens, et fait venir ses danseurs. Elle prononce seulement quelques mots avant de quitter la scène de la Salle Pleyel, toute sautillante. Il est quasiment 22 heures.

  • Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)

  • Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)

  • Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)


Lors de ce showcase, d’une telle intensité, et avec les moyens mis en place par Apple Music, nous avons trouvé la française Héloïse Letissier au sommet de son art.

Avec "Chris", elle va consolider sa renommée internationale, acquise sous le nom de Christine and the Queens, qu’elle n’abandonne pas totalement. L’artiste a évolué et a créé le personnage de Chris pour ce disque (et les prochains ?).

Au cours de cette demi-heure de prestation, le corps de l’artiste et ceux de ses six danseurs, ont été transcendé par les mouvements exécutés avec justesse. Ensemble, ils ont tout donné ; c’était court et généreux à la fois.

Nous restons un peu sur notre faim et aurions aimés entendre ses succès "Christine", "Saint Claude" ou "Paradis perdus". Mais, c’était une présentation de l'album "Chris" et il faudra revenir la voir sur scène pour un programme plus complet.

Nous avons vraiment appréciés ce spectacle travaillé comme un clip par une personnalité unique. Il y a eu, en quelque sorte, un rééquilibrage (qualitatif) avec la prestation donnée par Britney Spears fin août à Bercy.


Chris(tine and the Queens) sera en tournée internationale à compter du 11 octobre 2018 au Luxembourg, à Bruxelles, Amsterdam, Berlin et Stockholm avant de donner 9 dates aux Etats Unis et au Canada. L’artiste française reviendra ensuite pour 8 dates au Royaume-Uni et 6 dates en France à Bordeaux, Montpellier, Strasbourg, Lyon et Toulouse ainsi que les 18 et 19 décembre 2018 à l’Accorhotels Arena (Paris - Bercy).

  • Chris (Christine and the Queens) à la salle Pleyel (Paris - 2018)


La Salle Pleyel recevra en autres Amir le 8/11, Christophe Willem le 2/12 et Sheila le 28/12/18.


Crédits photos : Apple Music / Christine and the Queens

D'autres sujets qui peuvent vous intéresser