M. Pokora à l'AccorHotels Arena

  • by
M. Pokora à l'AccorHotels Arena
Depuis mars 2017, M. Pokora est de retour sur scène avec un "My way tour" triomphal. L’artiste a sorti cette année son album "My way" reprenant les tubes de Claude François. Le succès a été au rendez-vous puisque l'album a été certifié disque de diamant avec plus de 500.000 albums vendus et classé n°1 des ventes pendant 11 semaines.

Notre "entertainer" est donc reparti sur les routes françaises pour présenter son nouveau show "My Way" avec sa troupe de danseuses sexy et ses musiciens.

En première partie de ce spectacle à l'AccorHotels Arena, nous avons pu écouter Thomas Mignot, un des talents de la première saison de The Voice (2012).



Le vendredi 8 décembre 2017, M. Pokora était de passage à l’AccorHotels Arena pour une quatrième date à Paris avec son "My way tour".

Les fans étaient nombreux à venir voir celui qui a annoncé se retirer de longs mois, mais la grande salle n’était pas dans sa configuration complète. La fosse était assise et la partie supérieure n’était pas utilisée.


Magnolias for ever
On est là
C'est la même chanson
Belles belles belles
17 ans
Alexandrie Alexandra
Get down on it / Boogie wonderland / I want you back / Blame it on the boogie
Voir la nuit s'emballer
Soudain il ne reste qu'une chanson
Belinda
Elle me contrôle
Je vais à Rio
Cette année-là
Toi et le soleil
Le monde
Juste une photo de toi
Comme d'habitude
Alexandrie Alexandra


20 heures. La première partie commence. Elle est assurée par Thomas Mignot, un chanteur, beau gosse black, découvert en 2012 dans The Voice. Accompagné d’un guitariste, il reprend "Attention" de Charlie Puth en version unplugged. Puis, il enchaîne avec "On verra demain" toujours en acoustique. L’artiste ne ménage pas sa voix, qui apparaît très brute.

Vous commencez à vous chauffer là ! constate-t-il avant de préciser C’est un moment religieux pour moi... car il s'agit de Michael Jackson ! Il reprend alors "Billie Jean", tube de l’intemporel modèle de toute une génération.

Thomas Mignot passe au clavier pour interpréter son single "Le désamour". Ce titre est meilleur, il s’agit d’une ballade groovy.

Il enchaîne avec son single "Marcher sur la lune", un morceau rythmé. Le grand homme est à l'aise et lance un big up à un certain Yannick...

Thomas Mignot propose au public de se retrouver sur les réseaux sociaux puis prend un selfie « avec Bercy » pour lequel il demande aux spectateurs de faire du bruit. Thomas remercie Matt de l'avoir convié sur la scène puis salue le public.

20h20 Bienvenue sur le "My way tour Paris" s'inscrit sur la bâche blanche pendue sur la scène. Arnaud Ducruet (comédien de France 2) prend place pas loin de nous. Il s'applique à faire des selfies avec les jeunes. Puis, quelques potes de M. Pokora viennent prendre place près de nous également.




20h45 Salut Paris ! Etes-vous prêts ? demande M. Pokora à un public qui se manifeste sans ménagement dès les premières mesures de "Magnolias forever". Toute sa troupe est là sur scène à ses côtés : 8 danseuses et 8 musiciens. La guitare est puissante.

Nous admirons la structure de la scène, très belle, avec ses multiples écrans de forme triangulaire.

M. Pokora chante "On est là" avec ses musiciens et deux choristes. Il demande à voir tout le monde debout. Il se déhanche ensuite entouré de dix girls sur C'est la même chanson qui sonne groovy. Ses musiciens sont d’un bon niveau et c’est agréable.

La star parle de la quatrième date de cette tournée à Paris (trois Zénith et ce Bercy). Merci d'être venus ! Cette tournée est partie d’un hommage à un artiste qui avait une vision de ce métier. Il proposait un package. Au début, il admet qu’il n’avait pas compris, que cela ne correspondait pas aux codes de sa génération… Je me suis penché dessus, et cela a été une véritable passion : chanter - danser - performer. Monsieur Claude François ! Il demande alors s’il y a des fans de Cloclo ce soir dans la salle ? Vu que tous les âges sont représentés, il doit y en avoir quelques uns.

Sur "Belles belles belles", le chanteur porte toujours sa veste dorée à franges. Le visuel est dédié aux femmes. Elles sont d’ailleurs de tous les styles dans le visuel blanc. Il conclu par un Elles sont belles …et je suis d'accord avec ça !

M. Pokora partage depuis quelques mois une aventure avec la chanteuse Christina Millan avec laquelle il est apparu aux NRJ Music Awards notamment.

Sur le titre "17 ans", Matt évolue sur un visuel à la Mans Zelmerlöw, gagnant de l’Eurovision 2015, c’est à dire devant un panneau blanc avec des figures noires qui se dessinent. C’est original pour ceux qui n’ont pas vu l’Eurovision, un peu moins pour nous. Le titre est lent, délicat, et bien interprété par M. Pokora, tendre, dans son t-shirt blanc aux manches courtes.

Matt regagne une porte située en haut de la scène en suivant une fille sexy et aguicheuse, incarnée par Manon sa danseuse. Pendant l’interlude qui s’en suit, la musique est sensuelle comme le sont ses danseuses. La scénographie est inspirée du Crazy Horse avec trois danseuses.

Après un passage au saxo, Matt Pokora revient sur Alexandrie Alexandra dans un petit blouson vert, une chemise rouge et un pantalon jogging. Le chanteur reprend "Get down on it" des Kool & the Gang puis Boogie wonderland sur laquelle il laisse le micro à ses deux choristes.

Puis, aligné avec ses musiciens, M. Pokora reprend les Jackson 5 avec "I want you back". Le medley disco-funk se prolonge avec "Blame it on the boogie" qui a commencé a cappella. Les lumières baissent en intensité. La foule l'acclame et le jeune profite de l’instant.

Sur "Voir la nuit s'emballer", il déambule autour d’une fille tel un comédien enamouré. Le morceau est quelque peu ralenti sans perdre de sa force. Suspendu au plafond, le gros triangle rose et lumineux pivote.

L’artiste retire sa veste et retrousse les manches de sa chemise en nous expliquant comment il a élaboré la liste définitive des chansons de cet album de reprises. Il en a enregistré plusieurs mais la première a été "Soudain il ne reste qu’une chanson". L’originale, en anglais, s’intitule "I’ll be around" et a été enregistrée par le groupe The Spinners. Sa reprise est un down tempo agréable, à la mélodie sucrée.

MP revient à son propre répertoire avec son tube "Elle me contrôle" en compagnie de huit danseuses. La version proposée est très actuelle, aux sonorités électro et afro, lente mais dansante. Il fait le show, c’est toujours un aussi bon performer.

Il nous emmène maintenant à Rio avec ses deux bassistes sur "Je vais à Rio", illustré avec un visuel lumineux et représentant cette ville brésilienne. Soleil oblige, il porte des lunettes aux verres foncés ; hashtag #swagg.

Ca va toujours la famille ? Il vous reste la pêche ? Bercy vous me surprenez ! Ce soir vous êtes au max, …de la part d'un supporteur de l'OM en plus ! Il chambre son public parisien avec Un jour vous l'aurez votre Coupe des Champions !

Ce dimanche ici-même, nous reviendrons voir un autre marseillais de cœur : Soprano.

Je suis persuadé qu'il y a une MPs parmi vous dit-il déclenchant les cris de toutes les filles présentes. Ame strame gram, pic et pic… AccorHotels Arena ! Bercy c'était quand même pas mal ! plaisante-t-il.

Il fait monter une certaine Sylvie, quinqua qu’il taquine aussi : Ca se mérite d'être une MPs ! Il la soumet à un petit jeu. De quelle année parle Claude François dans une chanson ? La réponse fuse illico : 62 ! En quelle année a-t-il fait Popstars ? 2003 : bonne réponse aussi ! Les trois premiers chiffres de sa plaque d'immatriculation ? Question piège qui la verra se faire attribuer un hou ! par sa troupe en vidéo. Il reconnaît ensuite ne pas savoir le numéro de sa plaque d’immatriculation d'ailleurs.

Vous savez tous bouger ? Levez-vous, même les VIP ! A gauche, à droite… ça bouge ! Il fait aussi venir ses MPs à ses côtés. Tous ce petit monde bouge en musique et nous fait la chorégraphie d’"Alexandrie Alexandra". Matt s'étonne ensuite que Sylvie ait autant de notifications (que lui) sur Instagram.

Un gros 1962 s’affiche sur l’écran alors que l’idole des jeunes nous chante "Cette année-là". Bercy danse. Il en profite pour présenter ses musiciens avec un check pour chacun.

M. Pokora retire sa veste avant de passer à "Toi et le soleil", notre chanson préférée de son album de reprises de Cloclo. Sexy dans son marcel noir, il prend place sur un piano droit alors que ce morceau s’achève sous les artifices, comme on peut le voir dans le clip de ce titre qui a eu droit à une sortie en single.

Le jeune homme est au piano pour "Le monde", une ballade très up-lifting, devant un visuel étoilé. Agréable à regarder surtout que c’est difficile de ne pas jeter un œil sur ses beaux bras tatoués.

M. Pokora remercie le public pour ce "disque de l'année" qui a été certifié disque de diamant. Lors de cette tournée qu’il donne depuis mars dernier, il a mis un visage, dès le premier soir, sur toutes les générations. Son objectif étant de vous réunir. Vous m’avez fait confiance, ce n’est pas facile de me suivre. Vous répondez toujours présent alors que ce n’est pas évident pour un artiste du début des années 2000

Nous ferons un autre voyage ensemble. J’aime les challenges. Je veux faire de nouvelles choses, je veux surprendre le public. Mon objectif est de vous divertir.

Toujours en marcel, Matt remercie ses équipes et précise qu’il a réalisé son rêve de gosse. Cette fois, je m'arrête plus longtemps que d'habitude pour mieux vous surprendre ! L’artiste remercie et avoue ne pas encore savoir ce que sera fait demain. Merci pour ces 14 ans ! Le public se lève en l’applaudissant. Ces 5 minutes de discours font un peu mélodrame, mais nous pensons toutefois que l’artiste est sincère avec son public.

On ne peut pas ignorer ce qui s’est produit il y a trois jours. Johnny, j’ai eu l’occasion de le croiser plusieurs fois, j’ai eu des échanges avec lui. C'est le genre de personne avec lequel on apprend énormément d'un simple regard. Une belle attitude ! Je me suis construit en croisant les grands. C'est comme ça qu'il faut faire. Il avait le même respect pour chaque personne face à lui.

Matt reconnait s'inspirer de ces battants, ceux sont ses sources d’inspiration... On va faire briller Bercy, on envoi des lights pour Johnny ! C’est une chanson que j'ai écrite et qui s’appelle "Juste une photo de toi" qu’il l’interprète en live.

22h35. Bercy est plongé dans le noir. M. Pokora a quitté la scène. Les lumières se rallument pour "Comme d'habitude". L’artiste est élégant dans son smoking sombre et légèrement brillant. Tel un crooner, il porte aussi un joli noeud de papillon sous une canopée rouge de lumières. Nous apprécions vraiment ce décor de scène… et les danseuses en dessous noirs sur "Alexandrie Alexandra" à nouveau.

Elle lui retire sa veste de smoking. Une fois sa chemise blanche retirée, le bel apollon reste longuement torse nu sous une pluie de confettis. La star nous salue, la serviette sur les épaules. Il est déjà 22h50.

Après nous avoir salué, M. Pokora se retire par un ascenseur qui le conduit sous la scène. Ses musiciens jouent encore quelques instants en compagnie des chœurs qui ont accompagné la star tout au long de cette soirée.

En sortant de la salle, nous écoutons "Quelque chose de Tennessee" de Johnny Hallyday avant de regagner notre home sweet home.






Plus de vidéo dans la playlist


D'autres sujets qui peuvent vous intéresser