Valérie Lemercier au Théâtre du Châtelet

  • 27/08/2015
Valérie Lemercier au Théâtre du Châtelet
Ce spectacle n'est plus à l'affiche.

Après l’avoir vue une première fois au Palace en 2009, c’est au Châtelet - Théâtre musical de Paris que nous sommes allés rire avec Valérie Lemercier et son nouveau spectacle le mardi 13 octobre 2015.

Cette représentation, comme tous les shows de la miss, ne sera pas captée en vidéo. Juste avant le spectacle, il nous est d’ailleurs rappelé l’interdiction de photographier et de filmer Valérie ; portables éteints, le public est plus disponible et profite ainsi du moment présent.

L’humoriste propose des sketchs inédits, mais en reprend aussi quelques-uns de son précédent spectacle. C’est le cas de la jeune fille de la psy ; de la « tête de con de mari » ; de l’appartement porcherie ; du veuf graveleux et du sadique prof de danse. Ses personnages fétiches, dont Ahn Dao, reviennent et déclenchent de nouveaux rires.



Valérie Lemercier est sobrement vêtue en se présentant sur scène ; un simple pantalon noir et haut de même couleur. L’artiste n’a pas besoin d’artifice, ses mimiques et imitations suffisent pour restituer la drôlerie de ses textes qui viennent d’ailleurs d’être publiés dans l'ouvrage "Spectacles".

De courtes séquences viennent s’insérer entre les sketchs plus consistants ; Valérie fait un aller-retour en traînant sa valise rouge avec un personnage différent à chaque fois. Sans la gouaille de Valérie, les blagues ne sont pas ici aisément restituables, mais voici ce qui nous a marqué. - J. detoxication by Joy, la coach américaine aux cloisons nasales explosées. « J'ai craqué cette nuit pour une olive ! » ;

- Le jeune banlieusard qui parle ‘muscu’ et de ‘meufs à lever’ avec ses potes « qui font Uber ». On se marre avec le « chien du para-pharmacien » et « Papa a le sang qui boue, mais pas le bout qui sent ! ».

- Les cerveaux qui quittent la France désolent Anh Dao Traxel. Avec son accent asiatique, la fille adoptive des Chirac essaye de convaincre Christian que « la France bouge ». L'homme vie la fin d'une histoire d'amour douloureuse.
« La France est en train de changer, ça va tourner... ». "Messages espoir". Anh Dao reprend les messages positifs des publicités de Sensodyne (« une vraie bonne nouvelle »), Heudebert (« oui à un monde plus croustillant ») et Carrefour (« J’optimisme »), et chante la pub de Kiabi : « Ouiii, comme les françaises sont joliiies… quand elles marchent dans les rues de la viille… on viiivra que pour ça… mercii la viiie ! ».



- Valérie Lemercier s’est glissée au troisième rang dans le public. Elle se met dans la peau d’une spectatrice qui se plaint de ne pas avoir le droit de filmer le spectacle. « C’est chiant de ne pas rapporter de souvenirs enfants... Mais, en même temps, ils ne la connaissent pas ! Elle demande à son amie placée là-haut, combien elle a payé ses places ; « avec notre CE, ils auraient pu en avoir huit pour ce prix-là ! ». Les téléphones portables devant être éteints, le personnage chevauche la scène pour appeler son amie à partir du téléphone rouge situé sur la scène.

- La baby-sitter se voit confier les secrets des patients de sa mère psychanalyse par une jeune fille : « Les patients de ma mère ont des très-très grands problèmes… avec l’amour surtout ! ». « Elle voulait des enfants. Elle en a, elle n’en veut plus ! »

- L’accueil de Franck dans son restaurant : « Bu-bulles or not bu-bulles ? ». On est toujours obligé de faire de l’humour aujourd’hui. Le restaurateur ne cesse d’énumérer les produits plus tendance les uns que les autres, qu’il source à la façon d’une critique culinaire. Ca passe à l’écrit certes, mais ce name dropping est vite épuisant, en effet. Bien vu Valérie !

- Avec son amie Océane, c’est la séance de selfies entre adolescentes. Chaque pose à son thème, soit une liste d’hashtag pour Instagram. « Insta-gram-gram comme elle le dit précédemment. Le sketch se termine par un selfie avec une pose sans équivoque : « Celle-là on l'envoie à Jean-Luc Lahaye, il retourne direct en tôle ! »



- Une jeune femme de 41 ans se retrouve en after work et confie à son amie, en dansant, vouloir quitter son mari.

- Claire Chazal et son tatouage « danseuse côté gauche », et « j'encule TF1 à droite ! ».

- Mme Blanco qui a « sucé papa lors d’un dîner blanc ».

- La séance de yoga avec une voix si posée que la jeune femme s'endort.

- Une pro de la mode conseille une chanteuse pour qu’elle soit remarquée sur le red carpet et pour la remise des awards. Non, pas çà… Ca envoie « too dirty » ! « Louane / Nolwen / Ewen : entre bretonnes qui cartonnent ! »



- L’appartement transformé en porcherie 5 étoiles par les enfants. Avec son accent d’aristo, la maman rouspète après ses gosses responsables de ce bordel : « Ce n'est pas en bouffant du Galak devant YouTube, qu'on va vous retrouver sur un billet de 50 balles ! ». Rires généralisés dans le Théâtre du Châtelet.

- Une nouvelle apparition de Valérie et sa valise rouge : « Je m’en vais mourir en Suisse dans la dignité ». « Deux heures pour remplir les papiers, j’ai changé d’avis ! »

- Au cours d’une séance de bronzette sur serviette, une dame confie à son amie qu’elle ne peut plus encadrer son mari : « Au début, il donnait bonne impression ; maintenant : quelle gueule de con ! C’est le grand désenchantement : « au point que je l’ai même oublié à la station-service le jour de son anniversaire ! Il est resté manger ses sandwichs triangulaires. »
« Le tiens, il te fait chier… mais au moins : tu ne te fais pas chier !! ». « J’entre. Je mets la clé dans la porte. Je me fais déjà chier ! ». « J’ai consulté pour mon poids. J’avais grossi… Le spécialiste me dit que c’est de l'air. Mon mari me gonfle, donc c’était de l’air ! »



- Retour au restaurant pour une addition plus que salée : le restaurateur justifie tous les suppléments facturés pour une nouvelle séquence de name dropping.

- Un homme pleure sa défunte devant son fils. Depuis 34 ans que j’étais avec cette femme… elle n’a jamais eu mal au crâne ! Une femme exceptionnelle. « Ta mère ne s’est jamais fait prier… pas besoin de lui appuyer sur la tête pour aller à la sucette. » « On voit bien que tu n'as jamais bouffé la chatte de maman. Ton passage l’a laissé très dilatée ! »Les applaudissements sont nourris ce soir pour Valérie Lemercier au Théâtre du Châtelet. L’humoriste prend peur lors du lancer d’un bouquet de fleurs sur scène par un spectateur. La reine de l’humour français sautille sous ces applaudissements.



Le cours de danse par un professeur à l’accent russe qui porte aux nues l’une des danseuses, quand les autres danseuses sont insultées.

Valérie recueille les applaudissements au cours de multiples allers-retours entre la scène et les coulisses. Elle salue son public sous une salve d’applaudissements.

Valérie revient sur la scène pour incarner le papa d’Eloise Dormesson : « Ma grande Eloise… drôle, très drôle… mais pas très pastorale. J’ai lu la critique dans Le Figaro ! »

Dernière venue de la dame à la valise rouge, cette fois entre les rideaux de la scène : Je suis Valérie Lemercier. J’ai 51 ans ; c’est marqué sur Wikipedia !

Je vous remercie… Déjà une heure et trente minutes de spectacle. Il est un peu plus de 21h30 lorsque nous prenons le chemin du retour avec le sourire.Du 1er octobre au 8 novembre 2015 au Théâtre du Châtelet
Réservation : ticketmaster, BilletReduc

Gallerie photos de Valérie Lemercier au Théâtre du Châtelet

D'autres spectacles à connaître